Xavier Niel lève le voile sur les nouvelles ambitions et les projets de Station F

Xavier Niel lève le voile sur les nouvelles ambitions et les projets de Station F

Station F a fêté hier ses deux ans d’existence et pour l’occasion, son instigateur Xavier Niel a dévoilé les projets pour l’incubateur. 

De nombreuses annonces étaient attendues de la part de Station F lors de la keynote qui s’est tenue hier. Station F a ainsi annoncé l’ouverture de 600 nouveaux logements pour les membres de l’incubateur. Flatmates est annoncé comme le plus gros espace de co-living d’Europe. Un nouveau bâtiment à Ivry-sur-Seine, pouvant accueillir ces startuppeurs pour un loyer de 399€ par mois pour une chambre double. On y trouve aussi une salle de sport, une laverie ainsi qu’un grand espace lounge. Mais l’incubateur de start-ups ne souhaite pas en rester là, comme le révèle une interview de Xavier Niel avec Les Echos

Ne serait-ce que d’un point de vue immobilier, le projet de Station F n’est pas encore fini pour Xavier Niel. "Il nous reste encore à construire deux hôtels, un cinq étoiles pour permettre aux investisseurs étrangers notamment de pouvoir rester près de Station F, et une auberge de jeunesse, ainsi qu’une dizaine de commerces" indique-t-il. Un projet qui a, selon ses dires, évolué depuis le lancement de l’incubateur. Si le projet n’est pas encore rentable et c’est d’ailleurs l’un des objectifs de Station F, les fonds levés par l’incubateur sont au moins de 317 millions d’euros, même si Xavier Niel nuance ces chiffres, revus à la baisse : " nous sommes forcément en-dessous de la réalité puisque toutes ne le déclarent pas. "

Cependant, ses ambitions résident également dans les startups hébergées sur le campus de Station F. Le fondateur de Free a ainsi déclaré que seules 3% d’entre elles ont fermé l’année dernière, un chiffre bas grâce au fait qu’un quart d’entre elles ont effectué un pivot depuis leur création. Xavier Niel voit très loin pour Station F et les entreprises que le campus héberge : plusieurs dizaines d’entreprises devraient ainsi valoir plus d’un milliard dans les prochaines années, mais ce n’est pas ça qu’il vise réellement. " quand allons-nous générer la première décacorne française [entreprise valorisée plus de 10 milliards de dollars, NDLR]. Cela va arriver, c’est incontestable d’un point de vue statistique, et ce qui le permet est le développement international très rapide" de certaines entreprises issues de Station F.

N’échappant pas à son statut de fondateur de Free, Xavier Niel a également été interrogé sur la présence d’une "start-up qui pourrait disrupter Free" par nos confrères des Echos. Pour l’instant, pas d’inquiétude pour Xavier Niel : "Le propre de toute société est de voir en arriver une autre, plus jeune, qui va la challenger et j’espère la voir un jour. Le secteur des Telecom, même si je vois passer beaucoup de jeunes entreprises avec des activités connexes, reste peu disrupté. ". Il se félicite également de la diversité au sein de Station F avec "45% des startups présentées au sein des différents programmes" créées par des femmes.