Huawei envisageait déjà la fin de sa collaboration avec Google il y a 7 ans

Huawei envisageait déjà la fin de sa collaboration avec Google il y a 7 ans

Si la nouvelle a eu un retentissement énorme pour le monde de la tech, la décision du gouvernement américain n’était peut-être pas une aussi grosse surprise pour le fabricant chinois, qui se serait préparé bien en amont. 

La réactivité exemplaire de Huawei concernant la fin de sa licence android n’est peut-être pas due uniquement à la capacité du fabricant à retomber sur ses pattes. D’après le South China Morning Post, cette possibilité avait déjà été envisagée dès 2012.

On savait déjà que Huawei avait déjà travaillé sur son propre OS en cas de désaccord avec Android, mais c’est ici la date qui surprend. En effet, le PDG de la firme de Shenzhen aurait déjà réuni plusieurs cadres de l’entreprise pour lancer le développement d’un OS maison, que l’on connaît dorénavant sous le nom "HongMeng". Les craintes de problèmes avec le gouvernement américain ne sont donc pas nouvelles pour Huawei, et l’anticipation de ce problème devait permettre au fabricant de se retourner assez vite en cas de problème.

Pas totalement une surprise pour la firme donc, mais la réalité a rattrapé Huawei un peu trop vite qui n’est, toujours d’après le South China Morning Post, "pas tout à fait prêt à lancer son OS". Si une cellule a en effet été créée pour le développement du système d’exploitation qui pourrait remplacer Android, la nouvelle a pris de court le fabricant. C’est là cependant que l’on peut voir la réactivité de Huawei, qui aurait déjà un million de smartphones prêts sous son nouvel OS, que l’on pourrait connaître en Europe sous le nom de Ark OS

L’urgence est toujours là pour Huawei, qui bien qu’armé pour y pallier, subit déjà des contrecoups important comme le retard de lancement de ses smartphones 5G en Europe. Quant à ce que l’on sait de l’OS, il devrait se baser sur la version Open Source d’android, mais ressembler à iOS dans son interface d’après les dernières rumeurs.