Après la charge Lightning d’Apple, l’Europe veut s’attaquer à Apple Pay

Après la charge Lightning d’Apple, l’Europe veut s’attaquer à Apple Pay

Les technologies propriétaires d’Apple dans le viseur. La Commission européenne s’apprête à lancer une nouvelle accusation antitrust concernant le système de paiement de la Pomme.

L’Europe continue de pousser pour qu’Apple ouvre davantage ses systèmes. Après s’être attaqué au port Lightning, la Commission Européenne s’apprête à se lancer dans un nouveau bras de fer avec la firme de Cupertino. Cette fois, c’est la technologie de puce NFC présente dans les iPhone qui est ciblée.

Actuellement, le paiement par iPhone nécessite obligatoirement de passer par Apple Pay, solution propriétaire du géant américain. A l’inverse, sur les smartphones Android, si Google Pay est proposé, d’autres systèmes sont compatibles. Cependant, l’utilisation d’un tel service nécessite des accords entre Apple et les banques, qui n’ont finalement pas le choix, face à la demande des consommateurs.

Selon des sources de Reuters, la Commission européenne enquête depuis juin de l’année dernière et prépare une liste d’objections à adresser au géant américain l’année prochaine. Avec cette pratique considérée comme anticoncurrentielle, Apple pourrait se voir infliger une amende allant jusqu’à 10% des revenus de l’année dernière. Si une telle amende été infligée aujourd’hui, en se basant sur 2020, le fabricant écoperait d’environ 23.6 milliards d’euros.