Bouygues Telecom continue d’engranger des abonnés sur le fixe et le mobile, performance financière solide au 1er trimestre

Bouygues Telecom continue d’engranger des abonnés sur le fixe et le mobile, performance financière solide au 1er trimestre

Après Orange, Free et SFR , Bouygues Telecom lève ce matin le voile sur ses résultats pour le 1er trimestre 2019. Encore une fois, tous les voyants sont au vert d’un point de vue commercial et financier.

 

Si l’année 2018 s’est soldée par une performance globale solide pour Bouygues Telecom, la dynamique se poursuit durant les trois premiers mois de l’année. Dans le détail, le parc Forfait Mobile hors MtoM de l’opérateur s’élève au 31 mars à 11,039 millions d’abonnés avec 149 000 nouveaux abonnés engrangés contre 121 000 lors du trimestre précédent, soit plus que ses rivaux. Une performance notable eu égard à la décélération du marché du mobile observée par le régulateur sur cette période.

Dans le fixe, Bouygues Telecom continue de recruter à un bon rythme sur la fibre en gagnant 94 000 abonnés contre 102 000 au quatrième trimestre 2018, mais reste distancé par Orange et Free sur ce segment. L’opérateur a ainsi "doublé en un an son taux de pénétration sur la fibre, qui s’élève à 16 % à fin 2018", fait-il savoir. En conséquence, son parc d’abonnés FTTH s’élève à 663 000 clients au 31 mars 2019. Au global, le parc "Fixe" compte 3,7 millions de clients, en hausse de 53 000 lors des trois premiers mois de l’année.

Financièrement, Bouygues Telecom continue de progresser. Son chiffre d’affaires s’établit à 1451 millions d’euros au premier trimestre 2019, en hausse de 13 % sur un an. L’EBITDA après Loyer ressort en forte hausse de 50 millions d’euros sur un an, à 300 millions d’euros. " La marge d’EBITDA est à 27,4 %, en hausse de 3,2 points par rapport au premier trimestre 2018", précise l’opérateur. Toutefois Bouygues Telecom voit son résultat opérationnel reculer à 106 millions d’euros contre 120 millions d’euros au premier trimestre 2018. L’opérateur l’explique "en raison de la baisse des produits non courants liée principalement aux plus-values de cession de sites à Cellnex (58 sites transférés au premier trimestre 2019 contre 331 au premier trimestre 2018)."