Bouygues, SFR et Orange : la bataille continue autour des sites d’expérimentation 5G autorisés en France

Bouygues, SFR et Orange : la bataille continue autour des sites d’expérimentation 5G autorisés en France

Orange, SFR et Bouygues se concurrencent sur le terrain des tests 5G dans l’hexagone.

Si les premières offres 5G grand public seront lancées en 2020 sur le territoire, les opérateurs ne veulent surtout pas manquer le coche. Tous convoitent le leadership sur cette technologie et multiplient les expérimentations en condition réelle, sauf Free Free plus discret bien que l’ex-trublion ait annoncé récemment que son réseau mobile est dores et déjà prêt.

Selon les derniers chiffres de l’ANFR publiés aujourd’hui, Bouygues, Orange et SFR étendent quant à eux la 5G depuis plusieurs mois en déployant de nouveaux sites 5G dans le cadre de leurs autorisations d’expérimentations délivrées par l’ARCEP.
 
Après de premiers tests en conditions réelles menés en juillet 2018 à Bordeaux et un premier appel 5G passé dans les rues de Lyon début janvier 2019 avec un smartphone compatible, Bouygues Telecom tient toujours le haut du pavé puisqu’il est l’opérateur à disposer du plus grand nombre de sites 5G expérimentaux autorisés en France au 1er avril, avec 37 sites au total, soit 12 de plus qu’en janvier dernier (19 sites à Bordeaux, 18 à Lyon et 1 en Essonne).
 

Derrière, SFR a chipé la seconde place à Orange au cours du mois de mars avec 25 sites 5G, soit 15 de plus qu’en janvier (14 à Toulouse et 10 à Nantes ou encore un dans son siège). L’opérateur historique ralentit le rythme de déploiement et dispose aujourd’hui de 24 sites 5G, soit deux de plus en l’espace de trois mois (douze à Lille et Douai, sept à Marseille, quatre dans les Pyrénées-Atlantiques et un à Châtillon sur le site d’Orange Gardens . SFR suit avec dix sites dont huit à Toulouse et deux à Nantes.

A noter que l’accord d’implantation d’une station 5G expérimentale délivré par l’ANFR ne préjuge pas du statut réel de fonctionnement de celle-ci.