Sur tous les fronts, TF1 n’a pas l’intention de regrouper ses offres de vidéo

Sur tous les fronts, TF1 n’a pas l’intention de regrouper ses offres de vidéo

La SVod avec Salto, le replay mais aussi l’AVoD avec my TF1 et une future plateforme nationale en projet après la fusion avec M6, TF1 ne manque pas d’idées pour décupler la visibilité de ses contenus. 

Depuis 3 ans la filiale de Bouygues Telecom investit à tour de bras dans sa plateforme myTF1 en y intégrant la semaine dernière un service de vidéo à la demande gratuit, sous la forme de chaînes thématisées à l’image de Pluto TV.

Une incursion sur le marché de l’AVod dont le modèle est financé par la publicité, qui s’ajoute aujourd’hui au lancement en octobre 2020 de Salto, service de SVOD made in France créé en trio avec France Télévisions et M6. L’objectif est clair pour la Une, rendre son catalogue de contenus le plus accessible possible.

Dans une interview accordée au Figaro, son PDG Gilles Pélisson n’en démord pas : “mon credo, c’est de dire que le contenu est roi. Il nous faut des contenus exceptionnels pour continuer d’intéresser les téléspectateurs. Mais cela ne suffit plus. Un média doit aussi inclure de la tech et de la data. Autrement, vos programmes ne peuvent plus être suffisamment valorisés”.

Aujourd’hui, MyTF1 rassemble plus de 25 millions de foyers. ” Si vous nous comparez à Google ou à Amazon, nous ne sommes rien. En France, nous détenons malgré tout le leadership. De son côté, M6 avec 6play séduit une vingtaine de millions de Français. Cela sera créateur de valeur”, assure-t-il.

Une question se pose alors à l’heure où TF1 et M6 devraient sauf cataclysme fusionner d’ici fin 2022. Leur ambition de construire un groupe média capable de résister au tsunami des plateformes de streaming vidéo comme Netflix ou Disney+, ne devrait-elle pas se matérialiser par le regroupement de leurs offres de streaming et non par une multiplication ? Absolument pas aux yeux de Gilles Pélisson : “Les usages des Français sont polymorphes. Nous devons donc multiplier les occasions de rencontrer le public. Être uniquement le champion de la SVOD française, ce n’est pas suffisant”.

A ce propos, le projet industriel ambitieux de TF1 et M6 prévoit de renforcer l’offre de contenus français de qualité “grâce à un portefeuille de marques fortes et des niveaux d’investissement ambitieux.”

La volonté est aussi d’accélérer le développement d’une plateforme nationale “performante combinant une offre de rattrapage et de streaming (fondée sur MyTF1 et 6play) et une offre de SVOD”. De nouveaux services sont donc encore à venir.