Des radars anti-téléphone testés en Europe

Des radars anti-téléphone testés en Europe

Un système de radar capable de détecter automatiquement un automobiliste qui utilise son téléphone portable en conduisant est en test en Grande-Bretagne. Pour l’heure, pas encore totalement fiable, il est simplement relié à un panneau lumineux qui diffuse un avertissement.

Selon la sécurité routière l’usage du téléphone en conduisant (interdit depuis 2003) est devenu l’une des principales causes d’accidents sur la route avec la vitesse et l’alcool. Près d’un accident corporel sur 10 serait lié à l’utilisation du téléphone en conduisant.

Si nous connaissons bien les radars permettant de contrôler la vitesse, un petit cousin d’un nouveau genre est en train d’être testé en Grande-Bretagne. Pour déterminer si un téléphone portable est utilisé dans la voiture qui lui passe devant, ce radar est équipé d’antennes et d’un logiciel qui permet d’analyser les ondes émises par le téléphone à bord du véhicule, ainsi que la durée des signaux et leur intensité.

La petite bête est capable de faire la différence entre appels, SMS, application GPS, bluetooth, ainsi "le panneau ne s’allume pas si on téléphone grâce à un kit mains libres, ce qui est légal au Royaume-Uni, ou si on joue la musique de son smartphone sur les haut-parleurs de la voiture" affirme Chris Spinks de Westcotec qui a fabriqué le radar. Pas de panique, selon Chris Spinks, il ne collecte pas le numéro de téléphone et n’espionne pas les données, il se contente d’observer les signaux.

Seul petit hic et de taille, ce qui explique qu’il n’ait qu’une visée pédagogique pour l’instant : l’entreprise n’a pas encore trouver de moyen de s’assurer que les signaux captés proviennent du conducteur et pas d’un des passagers du véhicule. Il y a encore du travail avant de voir fleurir sur le bord des routes ce type de dispositif. La sécurité routière en France, contacté par Le Figaro affirme ne pas avoir de projet similaire à l’étude, mais de nombreux autres pays sont intéressés par la solution de Westcotec.

Aux Pays-Bas, la solution retenue se base sur la vidéoverbalisation grâce à une caméra qui prend des photos du conducteur. Pour l’instant, les images sont analysées par les forces de l’ordre qui verbalisent le cas échéant, mais la piste d’une automatisation grâce à une intelligence artificielle qui serait en mesure de détecter les postures d’un conducteur utilisant son téléphone en conduisant est prise au sérieux par les néerlandais même si elle soulève encore bien des interrogations.