Des antennes-relais fleurissent sur des toits et leur mènent la vie dure

Des antennes-relais fleurissent sur des toits et leur mènent la vie dure

 

Un cas d’école. Treize antennes réparties sur le toit de deux immeubles inquiètent une kyrielle d’habitants à Saint-Laurent du Var près de Nice. Effets néfastes à long terme sur la santé, pollution visuelle, les arguments ne sont pas nouveau. Installées à dix mètres des habitations et 200 mètres d’une école, ces équipements ne sont pas les bienvenus, une pétition a d’ailleurs été signée par 200 personnes. Le maire est lui aussi monté au créneau, en poussant un coup de gueule mi-juin dans les lignes de Nice-Matin. Ce dernier dénonçant le comportement "cavalier et léger" des opérateurs qui déploient sans scrupule et à outrance leurs antennes. Dans son viseur, Orange, Bouygues et SFR mais aussi les propriétaires d’immeubles pour qui « le profit prime sur la santé publique », a t-il attaqué. Dans ce cas précis, le bailleur perçoit 10 000 à 15 000 euros par antenne. Les équipes de France 3 sont allées sur place.