Des syndicats parviennent à suspendre temporairement la vente d’un centre de contact de Free, mais échouent à l’interdire

Des syndicats parviennent à suspendre temporairement la vente d’un centre de contact de Free, mais échouent à l’interdire

La justice s’est prononcée aujourd’hui sur le projet de cession à Comdata par Iliad d’un de ses centres de contacts situé à Colombes, Mobipel (dont Cash investigation s’était fait l’écho des relations conflictuelles avec la direction).

Le tribunal de grande instance de Nanterre avait été saisi par le Comité d’établissement de la société Mobipel, le syndicat SUD TELECOM et la fédération nationale des personnels des sociétés d’études, de conseil et de prévention CGT qui assignent en référé Mobipel et MCRA (la société chargée de la gestion des centre de contacts chez Free).

Les syndicats souhaitaient ainsi de bloquer le processus de cession de la société “ et demandaient à ce que MCRA et Mobipel “ informent et consultent le comité d’établissement sur les orientations stratégiques de l’entreprise” peut-on lire dans la requête que nous avons pu consulter.

L’audience a eu lieu le 16 mai dernier et les conclusions du Tribunal rendues aujourd’hui. Ce dernier a estimé qu’il y avait un "défaut d’information et de consultation des orientations stratégiques 2018 du Comité d’établissement de la société Mobipel," Il a donc ordonné "la suspension de la procédure de consultation sur le projet de cession jusqu’à la fin de la dite consultation des orientations stratégiques 2018"

Contacté par Univers Freebox, Free nous indique que "la première demande du CE et de deux syndicats étaient d’interdire la cession. La licéité du projet de cession n’est donc pas remise en cause, le juge ne l’ayant pas interdit, contrairement à ce qui lui était demandé ; une consultation supplémentaire de nos représentants du personnel est demandée avant que le projet soit mis en oeuvre. La société Mobipel a donc l’obligation de procéder à une information/consultation sur les orientations stratégiques."