Freezone S'inscrire

Le patron d’Orange tacle Xavier Niel et Free sur les mobiles subventionnés : « Tout le monde n’a pas ses moyens »

 

Les subventions de mobiles c’est fini ? Pour Orange, Free va un peu vite en besogne. Xavier Niel aurait laissé de côté son habit de Robin des Bois des télécoms. 

Piqûre de rappel. Le mois dernier, à la suite à la saisie par Free de la Cour de cassation, celle-ci a lancé un pavé dans la mare en estimant que le subventionnement des terminaux dans le cadre de forfaits mobiles était en réalité une facilité de paiement constitutive d’un crédit à la consommation méconnaissant les obligations légales.

SFR, contre qui la plainte était tournée en 2012, et qui utilise cette pratique, est donc dorénavant tenu «d’appliquer les dispositions du code de la consommation s’imposant au professionnel qui accorde à ses clients une facilité de paiement ». Cette décision pourrait cependant avoir un impact également pour Orange et Bouygues Télécom puisqu’ils utilisent le même système. 

En déclarant, « pouvoir adresser un marché supplémentaire de 17 millions d’abonnés engagés dans ce type de forfait sur lequel il n’était pas présent», Free estime, en s’appuyant sur la décision rendue, que ce type de montage vit ses dernières heures. Ce n’est pas l’avis de Stéphane Richard, PDG d’Orange, qui dans une interview accordée hier au Parisien a indiqué que « si la jurisprudence évolue, nous nous adapterons, bien sûr. Et avec Orange Bank nous avons l’outil pour faire du crédit… De là à dire que le subventionnement des mobiles c’est fini, Xavier Niel va un peu vite». Et de tacler enfin son rival en assénant : « Je m’étonne que, se présentant comme un Robin des bois, il fasse obstacle à cette facilité de paiement qui permet à beaucoup de gens d’avoir un smartphone. Tout le monde n’a pas ses moyens ! Nous n’obligeons personne et la grande majorité de nos forfaits sont sans engagement.»

Pour rappel, début avril, Maxime Lombardini, DG d’Iliad a déclaré que Free « a le sentiment que ces offres dites de subvention, c’est une mauvaise affaire pour le consommateur, c’est mauvais pour le marché, dans la mesure où l’absence de transparence entre ce que coûte le téléphone et le service, masque des marges qui n’ont pas raison d’être chez les opérateurs.» Quant à UFC-Que Choisir, l’association de consommateurs a estimé que l’arrêt de la Cour ne rend pas caduc les contrats en cours. Avant de se positionner en faveur d’un remboursement par les opérateurs des abonnés concernés.

 

 

 

Publié le par
Partager sur Google + Partager sur Twitter Partager sur Facebook Alertes mail Partager
COMMENTAIRES DES LECTEURS (50)
Afficher les 44 premiers commentaires...
Posté le 16 avril 2018 à 21h43
Gregwar a écrit
Freeleu69 a écrit FreeJuL a écrit Depuis le début. Comment peut il le savoir ?  Il suffit de savoir lire. C'est écrit partout. Il y a un montant pour l'abonnement, et un autre montant pour la location. Les 2 sont bien séparés. Et en plus, on peut continuer à louer le mobile, même après résiliation de l'abonnement (moyennant une majoration du prix de la location).

Cependant, est ce que ça règle vraiment la question de départ qui est le sujet de l'article ?

Parce qu'en vrai, qu'elle que soit la façon dont s'est fait (location ou subvention), le client paye de toute façon plus cher le téléphone que nu.

Où est la différence ? 

Posté le 16 avril 2018 à 22h14
Freeleu69 a écrit
Gregwar a écrit Freeleu69 a écrit FreeJuL a écrit Depuis le début. Comment peut il le savoir ?  Il suffit de savoir lire. C'est écrit partout. Il y a un montant pour l'abonnement, et un autre montant pour la location. Les 2 sont bien séparés. Et en plus, on peut continuer à louer le mobile, même après résiliation de l'abonnement (moyennant une majoration du prix de la location). Cependant, est ce que ça règle vraiment la question de départ qui est le sujet de l'article ? Parce qu'en vrai, qu'elle que soit la façon dont s'est fait (location ou subvention), le client paye de toute façon plus cher le téléphone que nu. Où est la différence ? 

La différence, c'est qu'on sait ce qu'on paie, et qu'on peut arrêter de payer à la fin de l'engagement.

Avec un mobile subventionné, aucune différence n'est faite entre le prix du service (l'abonnement) et le prix du mobile.

Et si on ne change pas d'offre (avec réengagement, ou en changeant d'opérateur), on continue à payer le même prix, qui comprend le service ET le mobile.. En gros, si on reste 5 ans sans rien faire, on continue à payer le mobile pendant 5 ans alors qu'il est déjà payé depuis longtemps.

Posté le 16 avril 2018 à 22h20
Freeleu69 a écrit
? Parce qu'en vrai, qu'elle que soit la façon dont s'est fait (location ou subvention), le client paye de toute façon plus cher le téléphone que nu. Où est la différence ? 

Non, le client paye beaucoup plus cher au final avec la subvention.


ABP
Envoyer message
 
372 points
Posté le 17 avril 2018 à 11h52
thorontor a écrit
ABP a écrit FLes crédit intéressants, c'est très rare: Le crédit immobilier, si tu dois de toute façon payer un loyer, il vaut mieux prendre un crédit car même s'il te couteras de l'argent, si c'est toujours mieux que le loyer qui ne te rendra jamais propriétaire (hors viager). . Sauf que sur Paris, le loyer te permet de vivre la ou tu aimes à des endroit ou tu n'aurais jamais pu acheter.

Si tu veux y vivre juste un mois pour la frime ou quelques années le temps de tes études (je l'ai fait), le statut d'étudiant ne permettant pas d’envisager un emprunt, oui, mais pour vivre durablement à Paris, le loyer (hors HLM si tu n'a pas d'emploi stable) n'est jamais intéressant.

Si tu reste longtemps à Paris, tu payeras plus cher en loyer qu'à l'achat. Par exemple, 800€/mois sur 30 ans (pas cher pour Paris), ça fait 288k€, le prix d'un petit appartement à Paris. Si tu avais acheté, une fois le prêt remboursé, tu n'aurais plus rien à payer, alors que là, après 30 ans à débourser 800€/mois, tu en est toujours au même point, tu n'es pas propriétaire et tu dois encore payer ton loyer. Quand à un appartement plus luxueux, disons à 400k€, le loyer sera beaucoup plus cher aussi (>1500€/mois), donc de toute façon tu seras perdant.

Maintenant, imaginons que tu quittes Paris, disons, après 10 ans, pour aller en province. Si tu loue à 800€/mois, tu auras dépensé 96k€. Si tu veux, en province, t’acheter un pavillon de banlieue, il t'en coutera environ 250k€ (ça peut être moins ou plus, selon la taille, la proximité et agglomération). 250k€, c'est à peu près le prix de vente de ton appartement à 800€/mois, donc, si tu as acheté, tu n'as qu'à finir de rembourser ton prêt, dont tu auras déjà rembourser au-moins le prix du loyer, reste donc 150k€ au plus, alors que si tu n'as pas acheté, tu va devoir faire un prêt et il te resta les 250k€ à rembourser.

Je ne mentionne pas l'apport, les variations de prix et les intérêts pour faire plus simple, sachant que ces derniers temps, les variation des prix de l’immobilier ont été très à l'avantage de propriétaires. Un bien peut doubler de valeur en un quart de siècle, couvrant largement les intérêts du prêt.

Dans tous les cas, si tu n'as pas les moyens de rembourser un prêt pour le prix d'un appartement, tu n'as pas non-plus les moyens de le louer. Je ne parle pas ici du logement social pour les personnes qui n'ont pas les garanties nécessaires pour faire un prêt, là effectivement, le loyer peut être la seule solution.

Posté le 17 avril 2018 à 12h24
Freeleu69 a écrit
Gregwar a écrit Freeleu69 a écrit FreeJuL a écrit Depuis le début. Comment peut il le savoir ?  Il suffit de savoir lire. C'est écrit partout. Il y a un montant pour l'abonnement, et un autre montant pour la location. Les 2 sont bien séparés. Et en plus, on peut continuer à louer le mobile, même après résiliation de l'abonnement (moyennant une majoration du prix de la location). Cependant, est ce que ça règle vraiment la question de départ qui est le sujet de l'article ? Parce qu'en vrai, qu'elle que soit la façon dont s'est fait (location ou subvention), le client paye de toute façon plus cher le téléphone que nu. Où est la différence ? 

pour al location tu ne payes que l'usage, je crois que c'est la formule la plus cher 

Premium

thorontor
Envoyer message
 
3721 points
Modifié le 18 avril 2018 à 00h18
ABP a écrit
thorontor a écrit ABP a écrit FLes crédit intéressants, c'est très rare: Le crédit immobilier, si tu dois de toute façon payer un loyer, il vaut mieux prendre un crédit car même s'il te couteras de l'argent, si c'est toujours mieux que le loyer qui ne te rendra jamais propriétaire (hors viager). . Sauf que sur Paris, le loyer te permet de vivre la ou tu aimes à des endroit ou tu n'aurais jamais pu acheter. Si tu veux y vivre juste un mois pour la frime ou quelques années le temps de tes études (je l'ai fait), le statut d'étudiant ne permettant pas d’envisager un emprunt, oui, mais pour vivre durablement à Paris, le loyer (hors HLM si tu n'a pas d'emploi stable) n'est jamais intéressant. Si tu reste longtemps à Paris, tu payeras plus cher en loyer qu'à l'achat. Par exemple, 800€/mois sur 30 ans (pas cher pour Paris), ça fait 288k€, le prix d'un petit appartement à Paris. Si tu avais acheté, une fois le prêt remboursé, tu n'aurais plus rien à payer, alors que là, après 30 ans à débourser 800€/mois, tu en est toujours au même point, tu n'es pas propriétaire et tu dois encore payer ton loyer. Quand à un appartement plus luxueux, disons à 400k€, le loyer sera beaucoup plus cher aussi (>1500€/mois), donc de toute façon tu seras perdant. Maintenant, imaginons que tu quittes Paris, disons, après 10 ans, pour aller en province. Si tu loue à 800€/mois, tu auras dépensé 96k€. Si tu veux, en province, t’acheter un pavillon de banlieue, il t'en coutera environ 250k€ (ça peut être moins ou plus, selon la taille, la proximité et agglomération). 250k€, c'est à peu près le prix de vente de ton appartement à 800€/mois, donc, si tu as acheté, tu n'as qu'à finir de rembourser ton prêt, dont tu auras déjà rembourser au-moins le prix du loyer, reste donc 150k€ au plus, alors que si tu n'as pas acheté, tu va devoir faire un prêt et il te resta les 250k€ à rembourser. Je ne mentionne pas l'apport, les variations de prix et les intérêts pour faire plus simple, sachant que ces derniers temps, les variation des prix de l’immobilier ont été très à l'avantage de propriétaires. Un bien peut doubler de valeur en un quart de siècle, couvrant largement les intérêts du prêt. Dans tous les cas, si tu n'as pas les moyens de rembourser un prêt pour le prix d'un appartement, tu n'as pas non-plus les moyens de le louer. Je ne parle pas ici du logement social pour les personnes qui n'ont pas les garanties nécessaires pour faire un prêt, là effectivement, le loyer peut être la seule solution.

J'ai un temps eu le même raisonnement que toi puis :

  • Si tu n'as pas la somme pour acheter avec l'emprunt tu peux rajouter 30% au prix du bien à rembourser
  • Nous n'avons pas de voiture car tout est accessible à pied ou en transport en commun, taxi, Uber, chauffeur privé etc.… aucune dépenses assurance, achat, essence, entretient.
  • On vit où on habite
  • A moins de 5 minutes a pied nous avons : le marché, 4 supermarché, une piscine, une médiathèque, la mairie, 3 parcs, 6 restaurants, le métro et le terminus de bus de la porte d’Orléans, 1 cinéma.
  • La société qui me paye et ou je me plais est à 10 minutes à pied de l'endroit ou j'habite.
  • Je vois et je m'occupe de mes enfants le matin et le soir.
  • Je ne paye que les impôts locaux
  • En cas de fuite, de chauffe-eau qui tombe en panne, de toilette a remplacer, de chauffage à remplacer ce n'est pas à ma charge.
  • Le loyer augmente doucement

D'un côté j'ai effectivement une dépense de loyer qui est "perdu" mais qui en contre parti paye un confort de vie que je ne pourrais pas avoir en cherchant à être propriétaire, qui me permet de voir ma famille, et d'être prêt des entreprises qui ont besoin de mes compétences.

RUBRIQUE COMMENTAIRE
Bonjour , avant de poster, veuillez vous assurer d'avoir pris connaissance des règles.

X

Quatre consignes avant de réagir :

  • Rester dans le cadre de l'article. Pour des discussions plus générales, vous pouvez utiliser nos forums.
  • Développer son argumentation. Les messages dont le seul but est de mettre de l'huile sur le feu seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Respecter les acteurs de l'informatique et les autres lecteurs. Les messages agressifs, vulgaires, haineux, etc. seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Pour toute remarque concernant une faute dans l'article, merci de nous contacter exclusivement par le formulaire "signaler une erreur" lors de la sélection du texte de l'article (les commentaires portants sur ce sujet seront systématiquement supprimés).

Vous devez créer un compte Freezone et être connecté afin de pouvoir poster un commentaire.

Selon vous, afin qu'il rebondisse, l’urgence pour Free est :