Après Orange et Bouygues Telecom, des petites antennes sont testées dans du mobilier urbain sur le réseau 4G de SFR

Après Orange et Bouygues Telecom, des petites antennes sont testées dans du mobilier urbain sur le réseau 4G de SFR

L’Agence nationale des fréquences (ANFR) va lancer à partir de demain sa troisième expérimentation sur le déploiement de petites antennes dans du mobilier urbain dans la ville du Kremlin Bicêtre dans le Val-de-Marne et ce pendant deux mois. C’est au tour de SFR de prêter son réseau 4G.

Face aux enjeux de densification des réseaux mobiles et de croissances rapide de la consommation de données, le déploiement d’un réseau de petites antennes pour compléter le réseau mobile actuel est une solution que l’agence publique de l’Etat étudie. Deux études ont déjà eu lieu à Annecy en janvier 2017 sur le réseau 4G d’Orange et à Montreuil en juillet dernier sur les réseaux 3G et 4G de Bouygues Telecom. Elles ont permis de recueillir de premiers résultats positifs sur la performance de ce nouveau dispositif, avec une amélioration sensible des débits montants et une diminution significative de la puissance d’émission du téléphone portable.

Les prochains tests prévus au Kremlin Bicêtre vont permettre de compléter ces résultats. Ils portent cette fois-ci sur le réseau 4G de SFR en milieu urbain dense. Six micro-antennes seront intégrées à du mobilier urbain de JCDecaux : deux abribus et deux panneaux ”Seniors” de publicité. En parallèle, l’expérimentation à Montreuil sera relancée sur un site avec Bouygues Telecom pour tester une nouvelle configuration de la petite antenne.

L’ANFR précise toutefois que les petites antennes constituent des points d’accès de faible puissance aux réseaux mobiles et que leur portée est inférieure à celle des antennes « macro ». Celles-ci ne peuvent donc en aucun cas se substituer aux antennes « macro », elles viennent renforcer la capacité des réseaux, notamment 4G, déjà déployés.