Petites antennes dans les abribus : 1er résultats avec Orange, bientôt avec SFR et Bouygues, mais pas Free

Petites antennes dans les abribus : 1er résultats avec Orange, bientôt avec SFR et Bouygues, mais pas Free

En janvier dernier l’ANFR lançait une expérimentation pour évaluer l’apport de petites antennes pour la connectivité de la population. Les premiers résultats montrent l’amélioration sensible des débits montants et une diminution significative de la puissance d’émission du téléphone portable. Quant au niveau moyen d’exposition du public autour des petites antennes, il s’est révélé peu affecté.

L’expérimentation s’est déroulée à Annecy du 11 janvier au 13 février 2017 sur le réseau 4G d’Orange dans la bande de fréquence 2 600 MHz sur 4 sites installés sur le mobilier urbain pour l’information comme nous vous l’expliquions en janvier.

De nombreuses mesures ont été effectuées pour contrôler les débits montants, les niveaux de puissance reçus et transmis par les terminaux ainsi que les niveaux d’exposition aux ondes électromagnétiques dans le voisinage des petites antennes. Deux parcours ont été définis et réalisés deux fois pour permettre de faire les mesures avec les petites antennes en fonctionnement et également lorsqu’elles étaient éteintes.

Antennes utilisées

Il s’agit d’antennes de moyennes portées (de quelques dizaines à quelques centaines de mètres selon les réglages) qui viennent en complément des antennes longues portées du réseau actuel. 

Amélioration des débits

Les résultats montrent que le débit montant peut être amélioré jusqu’à un facteur 5 par rapport à celui des antennes déjà existantes en utilisant les petites antennes. Le débit descendant lui peut augmenter jusqu’à un facteur 6. 

Le niveau moyen d’exposition du public faible et comparable à celui des antennes actuelles

Une très légère augmentation de l’exposition aux ondes émises par le réseau d’antennes a été constatée tout en restant très faible et proche de celle des antennes longues portées. Dans un rayon de 100 m autour des petites antennes, le niveau d’exposition moyen lorsqu’elles sont en service varie entre 0,2 V/m et 0,3 V/m contre un niveau moyen qui varie entre 0,1 V/m et 0,2 V/m lorsqu’elles sont éteintes.

Par ailleurs, le niveau d’exposition apparaît du même ordre de grandeur que celui que peut créer le réseau actuel longue portée (de l’ordre de 1 V/m).

Les puissances d’émission du téléphone portable fortement atténuées

L’exposition des usagers aux ondes émises par le mobile diminue fortement. En effet, les puissances d’émission du téléphone portable sont fortement atténuées (d’un facteur deux à cinq selon la configuration) sur le réseau des petites antennes par rapport au réseau préexistant, ce qui permet par ailleurs d’améliorer l’autonomie des terminaux.

Au cours de l’année 2017 d’autres expérimentations seront réalisées sur les réseaux des opérateurs SFR et Bouygues Télécom, Free n’est pas cité, dans différentes villes. Un bilan global fin 2017 sera publié.