Cash Investigation répond, en partie, à la lettre des représentants des salariés de Free

Cash Investigation répond, en partie, à la lettre des représentants des salariés de Free

 
Univers Freebox publiait hier la lettre ouverte des élus des salariés de Free, qui interpellaient directement Elise Lucet suite à la diffusion de Cash Investigation. Une lettre, cosignée par plus d’une vingtaine de représentants syndicaux des différents sites de Free, y compris Mobipel, qui répondait point par point, et de façon assez "cash" sur les sujets abordés dans l’émission de France 2.
Capital revient aujourd’hui sur la position de ces élus de salariés qui lui ont expliqué qu’ils n’ont jamais été entendus par Elise Lucet alors qu’elle leur en avait fait la promesse. Et d’indiquer que “le fil conducteur de l’enquête est animé par SUD, grand perdant aux dernières élections professionnelles”. Ces élus précisaient hier que Anoussone Um, le délégué syndical SUD que l’on retrouve tout au long du reportage de Cash Investiagtion , « n’a pas la légitimité des urnes » et  « reçoit des consignes directement de son syndicat et la personne qui lui dicte la stratégie à suivre, est un salarié détaché de chez…Orange ». 
 
Capital a donc contacté la société de production de Cash Investigation pour l’interroger à ce sujet. Le rédacteur adjoint a alors indiqué que Anoussone Um est “incontestable”. “Il est salarié de Mobipel, délégué syndical de Mobipel et à l’origine du débrayage au centre Mobipel. Et une partie de notre enquête porte sur les conséquences de ce débrayage à Mobipel »
 
Précisons, tout comme l’indique Capital, que si les signataires de la lettre des représentants du personnel de Free ne porte pas le nom de chacun des signataires, c’est parce que depuis la diffusion de Cash Investigation, plusieurs personnes chez Free ont reçu des menaces à leur encontre voire à l’encontre de leur famille.
 
Source : Capital.fr