Business France évalue le marché des télécoms français à près de 50 milliards d’euros

Business France, l’opérateur public national au service de l’internationalisation de l’économie française, évalue le marché des télécoms français à l’international à près de 50 milliards d’euros et fait un petit point sur le secteur.

Grandes tendances

Les communications électroniques (télécoms et internet) sont au cœur des grandes mutations
sociétales suite à la numérisation des informations et à leur transport via notamment le protocole IP.
La dissémination de l’Internet dans toutes les activités humaines introduit des « ruptures » qui font chaque jour la Une des médias. Une multitude d’applications délivrant des services et de nouveaux modes d’intermédiation (réseaux sociaux, applications disponibles sur les smartphones, etc.) se développent sur le modèle de « plates-formes » et transforment en profondeur les modèles économiques existants (phénomènes dits de « disruption » ou « d’ubérisation »). Les acteurs et consommateurs optent pour des systèmes ouverts et « globalisants » : Open et Big Data, Open source, virtualisation…
La téléphonie et l’internet mobiles enregistrent des performances croissantes ; le haut et très haut débit fixe se déploie au travers des innovations, soit sur supports physiques (fibre, VDSL2, etc.) ou sur réseaux hertziens (4G, Wi-Fi, LiFi, WiMAX, satellite, etc.) et de nouveaux réseaux dédiés à l’internet des objets (IoT) se sont rapidement déployés (Sigfox, LoRA, etc.).
Le secteur des communications électroniques est lui-même en pleine restructuration, qu’il s’agisse des fabricants de matériels (cf Alcatel-Lucent / Nokia, etc.) ou des opérateurs (fusion NuméricâbleSFR, rapprochement annoncé de façon récurrente entre Orange et Bouygues Tél, etc.).

Au niveau mondial les échanges du secteur représentent environ 570 milliards de dollars et sont dominés par les Etats-Unis et l’Asie du Sud-Est.

Place de la France

L’offre française dispose de fortes compétences sur certains de ces marchés, et réalise beaucoup d’innovations, mais dans de petites sociétés en manque de capitaux. On observe néanmoins une forte créativité dans le SoLoMo [Social-Local-Mobile]. Les Pôles de compétitivité ont une fonction très importante de catalyseurs de l’excellence. Le ministère de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique a un rôle essentiel avec notamment l’initiative French Tech et les Plans Filières de la Nouvelle France Industrie [Souveraineté Télécoms,…]

Seulement, peu d’acteurs français ont une dimension mondiale.

Le marché français des télécoms est évalué à près de 50 milliards d’euros, l’essentiel étant constitué par les services qui représentent les 4/5e de ce chiffre.

Il n’existe pas, au niveau national, de représentation professionnelle Télécoms fédératrice susceptible d’accompagner les entreprises à l’international. Un manque parfois flagrant de stratégie internationale est à déplorer dans de nombreuses entreprises. Malgré d’importantes initiatives (Bpifrance), les entreprises rencontrent des difficultés pour trouver des financements (fonds propres insuffisants, etc.).

Source : Business France