Droits sportifs : Orange et Canal+ vers de nouveaux accords stratégiques

Droits sportifs : Orange et Canal+ vers de nouveaux accords stratégiques

Les accords de distribution entre Orange et Canal+ pourraient prendre un nouveau virage.

Alors qu’Orange n’a pas jugé utile de payer pour les droits du football anglais, d’autres échéances importantes sont là, comme les droits de la Ligue des Champions (2018-2021) qui viennent d’être remis en jeu par l’UEFA et un peu plus tard viendra le tour de la Ligue 1. A ce propos, le PDG de l’opérateur historique est sur le pied de guerre : « On est très attentif à tout cela parce que pour nous, sur le marché français, il est impensable que nos clients puissent être non pas privés parce qu’il n’y aura pas d’exclusivité, mais en tout cas que les conditions économiques de l’accès à ces programmes puissent être bouleversées par un changement de donne dans la répartition de ces droits », avait-il annoncé le 23 février dernier, prêt à se battre pour contrer l’appétit gargantuesque de SFR : « si on doit intervenir plus directement pour protéger nos intérêts, on le fera. »

Selon Les Echos, l’alliance est en train de prendre forme, puisque d’après certaines de ses sources, un large accord de distribution serait dans les tuyaux et Orange serait d’accord afin de verser « un minimum garanti de plusieurs centaines de millions d’euros » afin d’armer Canal lors des appels d’offres pour les droits sportifs télévisés. Un deal qui permettrait en échange à l’opérateur historique d’obtenir le feu vert de la chaîne cryptée afin de commercialiser Canal+ et ses chaînes "directement" auprès de ses abonnés. Un réel changement puisque cela sonnerait presque la fin de l’auto-distribution à l’instar des mini-bouquets CanaSat distribués par Free et Orange. Cela permettrait à Orange de gérer lui même la commercialisation des chaînes Canal (Canal+, Canal+ Sport etc) et donc de « constituer ses propres bouquets ». Mais aussi et de facto, il lui sera possible de proposer des offres plus alléchantes à ses abonnés. Seulement il est loin d’être dit que Canal renonce à son système d’auto-distribution.

Toujours dans les lignes du quotidien français, une autre source va plus loin et donne un exemple concret : « Orange pourrait vendre un bouquet Canal +, par exemple , à 15 euros ou 10 euros . Cela rapporterait de nouveaux clients à Canal+ et cela permettrait à Orange de faire plus de chiffre d ’ affaires sur la revente de contenus ». En somme, du donnant-donnant. Dans l’attente d’un accord officiel…