Orange répond à l’Arcep, qui propose de renforcer la régulation de l’opérateur dans la fibre

Alors que Sébastien Soriano, qui s’est exprimé hier dans les médias concernant le déploiement de la fibre, proposait lundi de renforcer la régulation d’Orange dans la fibre, l’opérateur a tenu à répondre au régulateur concernant les mesures annoncées, comme l’indiquent les Echos

Ainsi, Orange ne compte pas modifier ses plans d’investissement, même si le régulateur indique qu’il faut casser le monopole d’Orange pour que SFR, Bouygues et Free puissent avoir les mêmes armes que l’opérateur qui détient trois quarts du marché de la fibre. 

Ils accusent Orange de recréer un monopole dans la fibre

D’ailleurs, ses concurrents accusent Orange de s’appuyer sur son ancien monopole dans le cuivre pour avancer devant les autres. Ils l’accusent même de recréer un monopole dans la fibre. Maxime Lombardini, directeur général de Free, défend "le régulateur qui fait son travail. Il tente de rééquilibrer le marché en prenant des mesures de bon sens. Des ajustements techniques indispensables".

Pour Orange, le raisonnement est incompréhensible, car il est à l’encontre des ambitions de celui-ci en ce qui concerne la hausse des investissements. "On ne peut pas envisager sérieusement d’être régulé sur la fibre au moment où Bruxelles invite à moins la réguler pour pousser le déploiement du FTTH et le cofinancement" souligne Pierre Louette, directeur général délégué d’Orange. 

En effet, l’Union européenne a appelé à assouplir les règles qui imposent aux opérateurs d’ouvrir leurs réseaux à la concurrence pour encourager l’investissement dans la fibre optique. De son côté, Sébastien Crozier, président de la CFE CGC d’Orange indique qu’"Orange est détenu majoritairement par des fonds de pension (surtout Américains). Le choix d’imposer à Orange des obligations nouvelles sur ses investissements dans la fibre conduira à une augmentation de la pression des actionnaires majoritaires pour qu’Orange arrête d’investir dans la fibre en France" pour privilégier des pays plus rentables.

Les concurrents d’Orange se plaignent de ne pas pouvoir entrer dans les immeubles

Les Echos informent également qu’Orange est le leader du marché, mais que SFR revendique plus de clients, dont une majorité sont raccordés par le câble. Iliad, maison mère de Free, était un des pionniers de la fibre en 2006, mais la cadence a ensuite ralenti avant d’accélérer de nouveau en 2015. Enfin, Bouygues reste loin derrière. 

Les concurrents d’Orange se plaignent ainsi de ne pas pouvoir entrer dans les immeubles où l’opérateur est présent. Ce à quoi il répond qu’il a proposé une offre d’accompagnement dans les immeubles pour faciliter le raccordement des réseaux des opérateurs. 

Enfin, concernant l’accord de partage des zones moyennement denses avec SFR, pour y déployer la fibre, que l’Arcep voudrait rééquilibrer, Orange répond être prêt à "imaginer certains rééquilibrages, mais nous ne sommes pas favorables à revoir complètement nos accords".