Xavier Niel investit plus d’un million d’euros dans la start-up Ibanfirst, les services financiers sur Internet pour les PME

Xavier Niel investit plus d’un million d’euros dans la start-up Ibanfirst, les services financiers sur Internet pour les PME

Ibanfirst, la start-up franco-belge pour les services financiers sur Internet pour les PME, a effectué une levée de fonds de 5 millions d’euros, afin de pouvoir lancer sa plate-forme. Parmi les investisseurs, on y trouve Xavier Niel, le fondateur de Free, avec plus d’un million d’euros, comme en fait part La Tribune

Pierre-Antoine Dusoulier, ancien directeur de la filiale française de Saxo Banque, est le fondateur d’Ibanfirst. Cette plate-forme, au départ spécialisée dans les transactions multidevises, promet des tarifs compétitifs et transparents sur leurs opérations de change, mais aussi la pratique du taux en temps réel. 

"Permettre aux PME d’ouvrir un compte bancaire en quelques minutes"

La start-up souhaite ainsi "démocratiser la création d’Iban", numéro international de compte bancaire, qu’elle génère elle-même. Elle veut aussi proposer en complément des services très spécialisés. En dehors de la création de compte bancaire au change, Ibanfirst propose aussi l’affacturage, le placement et le financement participatif par le biais de partenariats avec d’autres Fintech. 

Les PME peuvent alors souscrire et payer uniquement les services utilisés. Comme le cite La Tribune, le fondateur affirme que "Ibanfirst est la seule plateforme en mesure de permettre aux PME d’ouvrir un compte bancaire en quelques minutes et de leur offrir un service de banking multidevises en ligne. Elles peuvent ensuite recevoir de l’argent, payer leurs fournisseurs et effectuer des transactions en toute transparence."

La simplicité et les faibles coûts semblent avoir séduit Xavier Niel

C’est par ailleurs la simplicité et les faibles coûts qui semblent avoir séduit Xavier Niel, qui a misé la somme la plus importante, avec ses plus d’un million d’euros, sur les 5 millions d’euros du tour de table d’août dernier. 

En tout, 10 millions ont été injectés dans Ibanfirst. La start-up emploie 35 personnes à Bruxelles et à Paris et elle a obtenu l’agrément d’établissement de paiement en 2013 de la Banque nationale de Belgique. 

En 2015, la plate-forme comptait un milliard d’euros de transactions, 100.000 opérations pour le compte d’un millier de clients, auxquels elle a permis d’économiser de l’ordre de 100.000 euros pour 10 millions d’opérations annuelles. 

Le fondateur d’Ibanfirst espère maintenant pouvoir attirer des PME ayant été déçues par les banques traditionnelles, qui pourront, avec la plate-forme, consommer des services financiers "à la demande" ou à la prestation.