Bouygues Telecom vend 270 pylônes supplémentaires à Cellnex, qui veut percer sur le marché français et lance une proposition à Iliad

Bouygues Telecom vend 270 pylônes supplémentaires à Cellnex, qui veut percer sur le marché français et lance une proposition à Iliad

Suite à la vente de 230 pylônes par Bouygues Telecom à Cellnex, comme nous vous en parlions à ce moment-là, Cellnex va finaliser, d’ici la fin du mois d’octobre, la signature pour le rachat de 270 pylônes supplémentaires, situés en zones rurale et périurbaine, comme le rapporte les Echos. Une transaction qui devrait coûter 150 millions à Cellnex, mais qui lui rapporterait ensuite 12 millions par an. 

L’objectif de Cellnex est de pouvoir percer sur le marché français des pylônes et il espère pouvoir racheter la société FPS Tower. En effet, la compagnie espagnole s’est positionnée sur la vente de FPS, qui a été annoncé cet été par le fonds Antin Infrastructure Partners. 

"Nous implanter durablement en France"

"C’est une société avec de très beaux actifs, qui permettrait de nous implanter durablement en France", commente Tobias Martinez, le PDG de Cellnex. La compagnie espagnole de télécommunications souhaite ainsi acquérir 2.500 pylônes dont une bonne partie sont gérés pour Bouygues Telecom, et 20.000 toits-terrasses en ville. 

Cellnex a donc fait une première offre indicative. 6 ou 7 candidats devraient ensuite être retenus par le vendeur début novembre, selon les informations des Echos. Une offre définitive devra ensuite être faite début décembre, avant de connaître l’identité de l’acheteur final, en janvier. 

La compagnie n’est en effet pas le seul acquéreur sur le coup, mais elle partage sa position avec des fonds d’infrastructures, des "towerco étrangères, et peut-être également TDF. Le prix d’achat pourrait approcher 1 milliard d’euros. 

"La France fait partie des priorités dans notre projet de développement"

Cellnex est déjà implanté aux Pays-Bas, en Italie et bientôt au Royaume-Uni. La compagnie parie maintenant sur la France. "Nous sommes une société à vocation européenne. La France fait partie des priorités dans notre projet de développement", explique Tobias Martinez. "Quand on investit dans un pays comme la France, c’est pour y rester longtemps."

Pour Tobias Martinez, PDG de Cellnex, la valeur ajoutée des opérateurs est dans la qualité des services et des débits, mais pas dans le fait de rester propriétaire de leurs infrastructures, qui oblige à une immobilisation financière. 

Cellnex a donc commencé son tour des opérateurs afin de préparer le terrain. Enfin, le fait que Cellnex soit présent en Italie pourrait, pour la compagnie, intéresser Iliad, qui va y devenir le quatrième opérateur. Le PDG n’hésite pas à faire passer un message à Xavier Niel. "On peut les accompagner dans le déploiement de leur réseau. En étant à la fois en France et en Italie, nous pouvons devenir des partenaires importants dans le futur."