Free Mobile : face aux problèmes sur l’itinérance Orange, l’UFC Que Choisir demande une enquête à l’ARCEP

Free Mobile : face aux problèmes sur l’itinérance Orange, l’UFC Que Choisir demande une enquête à l’ARCEP

 
La publication par l’ARCEP la semaine de dernière de l’enquête d’évaluation de la qualité de service des opérateurs mobiles a montré qu’il y avait toujours des problèmes concernant la navigation web et la vidéo en ligne chez Free Mobile. Mais il est cependant difficile de savoir à quel niveau est responsable l’itinérance Orange dans ces mauvais résultats.
 
 
Le Président de l’UFC Que Choisir, Alain Bazot, s’est emparé de la question et note qu’une « analyse plus poussée des données permet de douter que les problèmes constatés sur l’itinérance Orange utilisée pour fournir du service 3G à ses abonnés se soient dissipés ». A titre d’illustration il explique qu’alors ‘que dans les zones rurales (à priori celles qui font le plus appel à l’itinérance Orange) le taux de réussite de l’accès à un site internet en moins de 5 secondes est équivalent à celui des autres opérateurs (autour de 40 %), dès que l’on s’intéresse au test de services plus gourmands en bande passante (téléchargement de fichiers de 10 Mo ou lecture d’une vidéo en streaming sur YouTube), c’est la débandade : Free Mobile est à minima 10 points derrière les autres opérateurs."
 
Face à ces problèmes qui perdurent, l’UFC-Que Choisir demande à l’ARCEP qu’elle « ne se cantonne pas à dresser des constats. Elle doit également en tirer le bilan. Ce bilan, elle ne le réalise pas alors qu’elle le devrait ; plus que jamais. En effet, personne ne peut feindre d’ignorer que l’environnement réglementaire a évolué depuis l’année dernière. Le règlement européen 2015/2120 consacré à la neutralité d’internet est directement applicable depuis le 30 avril 2016. Or ce règlement vise, sinon à empêcher, à rendre illégal la gestion des réseaux qui aboutiraient à procéder à une discrimination sur les flux. Si les données aujourd’hui dans les mains de l’ARCEP devaient traduire l’existence de telles discriminations, il serait intolérable qu’elle ne juge pas utile d’ouvrir une enquête approfondie sur les pratiques incriminées ! »
 
Alain Bazot rappelle que l’UFC Que Choisir avait déposé en janvier 2013, une plainte pour pratiques commerciales trompeuse, que est donc instruite depuis maintenant 3 ans. Alain Bazot espère que s’il y a enquête de l’ARCEP, cela permettra à la justice d’aller plus vite. Et enfin savoir quel est le problème sur l’itinérance Orange, qui est responsable et surtout, quand cela va être réglé.