L’ARCEP va permettre de lancer des comparateurs de réseau mobile, pour savoir qui de Free, Orange, Bouygues et SFR, couvre le mieux vos déplacements

L’ARCEP va permettre de lancer des comparateurs de réseau mobile, pour savoir qui de Free, Orange, Bouygues et SFR, couvre le mieux vos déplacements

 
Sébastien Soriano, le Président de l’ARCEP, était l’invité ce matin de Good Morning Business ce matin sur BFM. Il a expliqué que la France était en retard sur le déploiement de la 4G puisque nous sommes classés 24ème en Europe. Il estime que « nous n’avons pas de raison d’être en retard et une relance parait nécessaire »
 
Stéphane Soumier reproche alors au régulateur : « c’est vous qui avez voulu un 4ème opérateur, c’est vous qui avez écrasé les marges, et les opérateurs vont vous dire vous avez fait le choix des consommateurs vous n’avez pas fait le choix des investissements»
 
Le Président de l’ARCEP n’a pas voulu polémiquer à ce sujet et a indiqué qu’il n’était pas là pour taper sur les opérateurs mais plutôt pour les accompagner. « Aujourd’hui, un des problèmes est que les consommateurs savent très bien choisir en fonction des prix. Une offre à 5€ ou une offre à 10€, le consommateur il comprend tout de suite. Mais comparer la qualité ou la couverture d’un réseau c’est beaucoup plus difficile. Donc on va développer toute une stratégie pour que le consommateur puisse valoriser le réseau et la couverture. En fin d’année, on va publier en open data des données sur la couverture des réseaux qui vont permettre de comparer les opérateurs »
 
Et de préciser l’objectif de cette publication en open data : « Ce que l’on souhaite c’est qu’il est des comparateurs de qualité, comme les comparateurs de prix qui existent aujourd’hui. Vous pourrez dire ‘j’habite ici, je travaille là, je prends souvent le RER B’"  et vous saurez de manière précise et validée par l’ARCEP quel est le service qui correspond à votre utilisation. Sébastien Soriano estime que « ça peut enclencher une spirale vertueuse, ça permet de monétiser les investissements. On veut aider à ce que les dépenses des opérateurs deviennent des revenus »
 
Il s’agit là d’une excellente idée, qui devrait inciter les opérateurs à investir encore davantage pour offrir le meilleur réseau possible.
 
Puisqu’il en a été question durant l’interview, rappelons toutefois que le retard sur le déploiement de la 4G n’est pas lié à l’arrivée du 4ème opérateur. Ce serait même plutôt le contraire puisque les investissements des opérateurs n’ont jamais été aussi importants depuis 2012 (ils ont même battu un record en 2015). Même si les marges ont fortement baissé depuis l’arrivée de Free Mobile, elles n’étaient, à l’époque, pas utilisées pour investir, puisque les investissements étaient plus faibles, mais plutôt distribuées en dividendes.