94% des journalistes de France Télévisions disent non à “France Info”

94% des journalistes de France Télévisions disent non à “France Info”

Plus de 9 journalistes sur 10 de France 2, France 3 et Francetvinfo.fr refusent le nom de France Info pour la nouvelle chaine d’information publique qui sera lancée le 1ier septembre prochain. 

Les SDJ des rédactions de France Télévisions ont mené une consultation publique interne auprès de 627 journalises organisés sous forme de vote électronique et anonyme du 31 mars au 4 avril. La question posée était "Selon vous, la future offre publique d’information (chaîne tout-info et site internet) peut-elle être baptisée France Info, comme la radio du même nom ?"

Il y’a eu 46% de participation soit 287 votes. 270 ont répondu "non" (94% des votes exprimés), 11 ont répondu "oui" et 6 ne se sont pas prononcés. Les SDJ précisent que "324 personnes n’ont pas pris connaissance de l’invitation à voter (n’ont pas ouvert l’e-mail contenant le lien pour participer)".

Suite aux votes, les SDJ ont adressé une lettre ouverte à Delphine Ernotte, le présidente de France Télévisions.

Madame la présidente,

Depuis plusieurs semaines, les sociétés des journalistes de France 2, France 3 et francetv info ont fait part de leur grande inquiétude quant aux contours de la future chaîne publique d’information en continu, et à la disparition annoncée de la marque et du portail qui rassemble toute l’information de France Télévisions : francetv info. A plusieurs reprises, nous avons tenté d’engager un dialogue constructif avec les représentants de la direction, et d’exposer nos arguments, en vain. Contrairement à l’engagement que vous avez pris à votre arrivée, les choix sont faits sans la moindre concertation. Les équipes sont ignorées. Leurs questions restent désespérément sans réponses.

L’ensemble des journalistes de France 2, France 3 et francetv info se sont aujourd’hui prononcés sur l’identité de la future offre d’information en continu : 94% refusent que celle-ci prenne le nom de France Info*.

Nous ne voyons pas comment cette marque, qui est celle d’une entité singulière de Radio France, avec un ton et une ligne éditoriale qui lui sont propres, peut prétendre rassembler l’audiovisuel public dans toute sa diversité. Nous ne voyons pas comment cette marque, présentée par Michel Field, directeur de l’information, comme "totalement vieillotte et surannée", peut prétendre conquérir de nouveaux publics. Nous ne voyons pas comment cette marque, historiquement faible sur le numérique, peut prétendre développer de nouveaux usages.

Il est désormais temps que vous nous répondiez. Ce choix fait-il partie, comme bon nombre le pensent, d’un accord purement politique passé avec Radio France au mépris de l’avis des salariés de l’entreprise que vous présidez, ou voulez-vous réellement développer un projet de qualité, novateur et ambitieux, porté par l’enthousiasme des équipes ? A la lumière du résultat de notre consultation, souhaitez-vous bâtir l’offre d’information contre vos salariés ou vous appuyer sur leur regard et leur énergie ? Le choix du nom donnera une indication de votre volonté.

Nous l’avons déjà dit, nous n’avons qu’une ambition : que l’offre d’information en continu représente l’audiovisuel public, dans son ensemble et dans sa diversité.

Source : Ozap