Selon des analystes, Free a besoin de la concrétisation du mariage Orange/Bouygues

Selon des analystes, Free a besoin de la concrétisation du mariage Orange/Bouygues
 
Le rachat de Bouygues Télécom par Orange serait-il une nécessité pour le trublion des télécoms français ? Affirmatif selon certains experts et analystes, présents jeudi à la présentation des résultats annuels du groupe Iliad, qui estiment que Free aurait tout à y gagner :
 
« Xavier Niel a fait l’inventaire des actifs qui auraient l’obligation d’être revendus dans l’hypothèse d’un mariage entre Orange et Bouygues Telecom en minimisant l’intérêt d’Iliad pour ces actifs » avoue l’un d’entre eux au journal Les Echos sous couvert d’anonymat. Le fondateur d’Iliad s’est d’ailleurs montré très confiant hier concernant l’issue de ce mariage potentiel.
 
Le rachat du réseau de Bouygues fait également partie des raisons pour lesquelles ce rapprochement est si important pour le dernier opérateur arrivé sur le marché français :
 
« Cela peut lui permettre de gagner deux ou trois ans sur ses objectifs de couverture. Free vise surtout les points haut de Bouygues sur lesquels poser ses antennes. C’est ce qu’il y a de plus difficile à avoir quand on est opérateur » analyse un autre expert. La construction de son propre réseau serait, en effet, une opération beaucoup plus complexe pour Free comparé au rachat du réseau de Bouygues Télécom.
 
Un autre connaisseur du dossier affirme également que la récupération de certaines fréquences 2G, 3G et 4G de Bouygues par Free permettraient à ce dernier d’arrêter son contrat d’itinérance avec Orange, et ainsi d’économiser entre 500 et 700 millions d’euros par an : « Des fréquences, il n’y en aura plus à vendre avant longtemps. Donc même si là, Free a ce qu’il lui faut, s’il en récupère plus encore, c’est une bonne chose ».