Stéphane Richard : “ce qu’il s’est passé avec l’arrivée de Free Mobile est irréversible”

Stéphane Richard : “ce qu’il s’est passé avec l’arrivée de Free Mobile est irréversible”

 
 
Stéphane Richard était l’invite mardi soir de Marc-Olivier Fogiel sur RTL. Il est revenu sur le lancement d’Orange Banque mais surtout sur les discussions autour du rachat de Bouygues Télécoms. Un rachat qui ne concerne pas TF1 pour le moment mais le PDG d’Orange n’a pas fermé la porte, expliquant que c’est le sens de l’histoire d’unir les contenus avec les télécoms. 
 
« Je ne sais pas si ces discussion aboutiront. C’est clair qu’il y a beaucoup de conditions et d’obstacles à lever. Si on fait cette opération c’est par ce qu’on pense qu’elle peut être dans l’intérêt du consommateur, dans l’intérêt du pays. Par ce que la France a besoin d’avoir des réseaux performants, le plus vite possible, et qui lui permettent de ne pas manquer les rendez-vous du numérique dans les années qui viennent » a expliqué le patron d’Orange
 
Interrogé sur le maintien des deux marques (Orange et Bouygues Télécom) et d’offres différentes, Stéphane Richard a répondu « Non… enfin il n’y a pas de schéma prédéfinis, donc on ne sait pas encore dans le détail ce qu’on va proposer ». 
 
Marc-Olivier Fogiel a fait réagir ce dernier au communiqué de l’UFC Que Choir qui s’inquiète d’une éventuelle remontée des prix s’il devait y avoir un retour à 3 opérateurs. " Ce qu’il s’’est passé avec l’arrivée du quatrième opérateur [NDLR : Free Mobile] est irréversible" a assuré Stéphane Richard, "Il faut que chacun comprenne bien cela. Il y a eu une très forte baisse des prix, qui fait qu’on a aujourd’hui en France les prix du téléphone, fixe et mobile, qui sont parmi les plus bas du monde. La France est dans une situation très privilégiée, et ça c’est un acquis qui est définitif. En aucune manière, s’il devait y avoir un rapprochement entre Orange et Bouygues Télécom ça ne se traduirait par une augmentation des prix."
 
Concernant le calendrier, Stéphane Richard a indiqué qu’il fallait " aller vite, par ce qu’on ne va pas discuter pendant des mois, pour moi c’est une affaire de quelques semaines. Je ne sais pas dire c’est ce sera 1 mois, 2 mois… mais ça n’ira sans doute pas beaucoup au-delà"
 
Enfin, le PDG d’Orange a tenu à rassurer sur l’emploi : "Orange ne s’engagera jamais dans une opération qui ne soit pas socialement irréprochable. Il n’y aura absolument personne au bord de la route, ni du côté de Bouygues Telecom et a fortiori ni du côté des salariés d’Orange"