Orange/Partner : Stéphane Richard a porté plainte pour des « menaces de mort réitérées »

Orange/Partner : Stéphane Richard a porté plainte pour des « menaces de mort réitérées »

Après l’annonce du retrait des services du groupe Orange en Israël, Stéphane Richard, le numéro 1 du groupe Orange, a déposé plainte contre X « pour des menaces de mort et des appels à la haine » visant sa personne et certains de ses proches. La plainte a été déposée la semaine dernière auprès du parquet de Paris.

Le Point rapporte qu’une enquête pour « menaces de mort réitérées, appels malveillants et usage et diffusion de données permettant d’identifier un tiers et de troubler sa tranquillité », a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne.

Stéphane Richard est monté au créneau à plusieurs reprises pour clarifier sa position, suite à la polémique après ses propos au Caire le 4 juin dernier, où il expliquait qu’il était « prêt à se retirer à terme d’Israël » et « prêt à abandonner demain les liens avec Partner ». Il précisait quelques jours plus tard que le seul problème pour Orange est « les conditions dans lesquelles la marque est utilisée par un opérateur local. Nous souhaitons mettre fin à cette situation, comme ça serait le cas partout dans le monde ».

Pour rappel, tout a commencé suite à la publication d’un rapport par plusieurs organisations humanitaires dénonçant l’accord de licence avec Partner, un opérateur israélien opérant sous la marque Orange. Intitulé « Les liaisons dangereuses d’Orange dans le territoire palestinien occupé », ce rapport, signé par Le Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD – Terre solidaire) et différentes organisations pointent du doigt les dangereuses liaisons d’Orange dans les territoires occupés de Palestine.

Les organisations humanitaires demandaient à Orange « de ne pas opérer dans les colonies israéliennes dans le Territoire Palestinien occupée, pour éviter de contribuer au maintien d’une situation considérée comme illégale par la communauté internationale impliquant des violations du droit international humanitaire et relatif aux droits humains ».

Le Groupe Orange avait alors publié un communiqué de presse où il expliquait : « Le Groupe Orange n’est pas opérateur en Israël. Il a un accord de licence de marque avec l’opérateur Partner Communications. Le groupe Orange n’est pas actionnaire de la société Partner et n’a donc aucune influence sur la stratégie ou le développement opérationnel de celle-ci. Cet accord, qui avait été signé avant l’acquisition d’Orange par France Télécom en 2000, est le seul accord de licence de marque de long-terme dans le Groupe. Conformément à sa politique de marque, Orange ne souhaite pas maintenir la présence de la marque dans les pays où le Groupe n’est pas ou n’est plus opérateur. Dans ce cadre, tout en respectant strictement les accords existants, Orange souhaite mettre fin à terme à cette licence de marque ».