Olivier Roussat : Bouygues Télécom « a repris son destin en main » et « n’est pas à vendre »

Olivier Roussat : Bouygues Télécom « a repris son destin en main » et « n’est pas à vendre »

En effet, l’opérateur a renoué avec les recrutements. Bouygues Télécom a encore été leader des recrutements sur le fixe au premier trimestre 2015, mais son chiffre d’affaires et son résultat opérationnel courant sont toujours en baisse. A contrario de SFR-Numéricable qui perd beaucoup d’abonnés mais qui a un résultat positif (le comparatif Fixe / Mobile des recrutements au T1 2015 est ici NDLR).

Le chiffre d’affaires de Bouygues Telecom est en recul de 2% à 1,1 milliard d’euros au premier trimestre 2015 et le chiffre d’affaires réseau de 4% à 932 millions d’euros. Le résultat opérationnel courant ressort à -62 millions d’euros.

Le PDG de Bouygues Télécom indique notamment que la 4G permet à l’opérateur « de faire la différence et de créer de la valeur grâce à l’augmentation des usages. Aujourd’hui, 36% de nos clients ont opté pour l’Internet mobile très haut débit […] De même, sur le fixe, nos offres très compétitives ne nous empêchent pas de générer des marges. […] Martin Bouygues a rappelé lors de la dernière assemblée générale que Bouygues Telecom n’était pas à vendre ».

Concernant les enchères pour les fréquences 700 MHz ? Olivier Roussat explique que Bouygues Télécom est très intéressé. « L’opérateur accorde sa confiance dans la capacité du régulateur à définir un cadre sécurisant pour l’attribution de ces fréquences ». 

Le Figaro a également interrogé Olivier Roussat sur la couverture mobile des « zones blanches ». L’opérateur prendra « ses responsabilités. Mais il faut que ces efforts d’investissement soient équitablement repartis entre les quatre opérateurs. J’ai bon espoir qu’une solution émerge rapidement ».

Source : Le Figaro