Orange, 1ere entreprise du CAC 40 mise en examen pour harcèlement moral

Cette enquête aura duré plusieurs années et s’est achevée le 30 décembre dernier. Les juges viennent de clore l’enquête sur les suicides à France Télécom entre 2008 et 2009.

A l’arrivée, Orange est mise en examen pour harcèlement moral. C’est la première fois qu’une entreprise du CAC 40 est mise en examen pour ce motif. A fortiori, cette affaire et la mise en examen de l’opérateur pourrait ouvrir la voie à la reconnaissance du harcèlement moral institutionnalisé.
 
Didier Lombard, ex PDG de France Telecom, devenu Orange, Louis-Pierre Wenes, ancien DRH et Olivier Barberot ont également été mis en examen pour harcèlement moral. Enfin quatre autres cadres ont été mis en examen pour complicité.
 
Le parquet doit désormais prendre ses réquisitions avant un éventuel renvoi de l’affaire en correctionnelle pour la totalité ou une partie des mises en examen.
 
Pour l’avocat du syndicat SUD et des plaignants, Me Jean-Paul Teissonnière, "il s’agit d’un harcèlement organisé au plus haut niveau de la direction, un harcèlement structurel, une stratégie. C’est un système, ceux qui ont mis en place ce système doivent en répondre devant un tribunal correctionnel."
 
Une peine de 15 000 € a également été requise en appel, ce mardi, contre une responsable de l’opérateur, Bertrand de Noblens, ex-directeur du pôle commercial de l’agence grands compte.
 
Relaxé en première instance, il lui est reproché des propos humiliant envers une de ses subordonnées, ramenant ses compétences à son physiques, ou encore d’avoir refusé de transmettre ses demandes d’augmentation. Les plaintes avaient également été déposées pour des faits datant de 2009.
 
L’arrivée de Stéphane Richard, à la succession de Didier Lombard, a permis de pacifier la situation des salariés de l’opérateur Orange.
 
Source ; AFP