Que va faire Free Mobile de ses nouvelles fréquences 1800 Mhz ?

Que va faire Free Mobile de ses nouvelles fréquences 1800 Mhz ?

 
Nous vous rapportions vendredi la décision de l’ARCEP de restituer 5 MHz duplex dans la bande 1800 à Free Mobile (et 15 MHz à terme). Des fréquences "attribuées dans un cadre de neutralité technologique", a précisé l’ARCEP, c’est à dire que Free pourra les utiliser pour faire transiter la technologie qu’il souhaite.
 
 
Interrogé par Univers Freebox, l’opérateur nous a indiqué qu’il ne communiquait pas sur ce qu’il allait faire avec ces fréquences. A l’heure actuelle, il n’y a donc aucune information officielle concernant l’utilisation que fera Free de ces fréquences.
 
Couverture nationale en 4G, 4G+, 2G ?
 
L’utilisation la plus évidente pour ces fréquences est bien sûr, comme pour Bouygues Télécom, d’améliorer la couverture 4G. Par ailleurs, il y a un peu plus d’un mois, l’ARCEP autorisait Free Mobile à utiliser des fréquences de la bande 1800 MHz pour mener des expérimentations techniques en technologie LTE Advanced (4G+). Cette expérimentation, menée dans la commune de Petit Quevilly en Seine-Maritime, permet ainsi à Free Mobile d’évaluer la fonction d’agrégation de porteuses en utilisant conjointement la bande 1800 MHz et la bande 2600 MHz qu’il exploite déjà pour fournir des services 4G. 
 
Il semblerait donc logique qu’avec ses fréquence 1800 MHz, Free Mobile étende la 4G+ à toute la France (là où son réseau 4G est présent). Pourtant avec seulement 5MHz, la 4G+ n’aura pas un gros impact sur les débits proposés par Free Mobile. En effet, en 4G, Free Mobile dispose déjà, avec Orange, du meilleur débit maximum théorique, à 150 Mbit/s. En 4G+, ce débit passera à 187,5 Mbit/s, soit seulement 37,5 Mbit/s supplémentaires. 
 
Il y a également une autre possibilité que Free avait déjà évoqué il y a plus d’un an et demi, lors des auditions des opérateurs par l’ARCEP, quant au refarming des fréquences 1800 Mhz.  Iliad avait alors rappelé « qu’il est le seul opérateur à ne pas disposer de ressources spectrales utilisables en 2G et que cette situation est d’autant plus préjudiciable à court et moyen terme que presque la moitié des terminaux et du trafic vocal en France sont encore 2G. Iliad est ainsi d’avis qu’une concurrence équitable suppose que des fréquences soient attribuées à Free Mobile, pour une utilisation en GSM dans un premier temps. » Selon Free, même si la 2G est amenée à disparaitre, ce ne sera pas à court terme. L’opérateur estime en effet que « la décroissance du trafic 2G, qui représente encore presque la moitié du trafic total, est probable à terme mais que, d’une part, elle ne sera pas rapide et que, d’autre part, elle n’est pas envisageable avant au moins une décennie, tant pour les besoins intérieurs que pour accueillir en itinérance internationale des touristes équipés en 2G. »
 
Bien sûr, depuis ces déclarations, les choses ont évolué, même s’il reste toujours près de 50% du parc mobile qui est en 2G. Par ailleurs Free ne dispose pas de licence 2G, mais pourrait en faire la demande, ses concurrents les ayant obtenues gratuitement. Cette solution aurait pour avantage de ne plus être dépendant d’Orange pour la 2G et de réaliser des économies.
 
Si Free n’a pas encore communiqué sur l’utilisation de ces fréquences, nul doute qu’il devrait dévoiler prochainement ses intentions…