Pour Free, les résultats de l’étude de l’UFC-Que Choisir ne sont pas représentatifs

Pour Free, les résultats de l’étude de l’UFC-Que Choisir ne sont pas représentatifs
L’UFC-Que Choisir publiait ce matin les résultats de son étude sur la qualité de la 3G et de la 4G chez les différents opérateurs. Deux opérateurs ont été particulièrement montrés du doigt : Free Mobile sur l’itinérance 3G Orange et SFR sur la 4G. Comme on pouvait s’y attendre, ces deux opérateurs ne sont pas d’accord avec les résultats de l’enquête de l’UFC-Que Choisir. 
 
Ainsi, SFR explique «s’être engagé depuis plus d’un an dans un programme de rénovation lourde de son réseau mobile, à savoir la mise à niveau complète des technologies 2G, 3G et 4G à l’occasion du déploiement de cette dernière. Cette rénovation passe notamment par l’installation sur un même équipement de l’ensemble des technologies et de la réallocation de la fréquence 900 pour la 3G afin d’apporter une meilleure couverture Internet mobile à l’intérieur des bâtiments. Cette rénovation n’est pas sans impact sur la qualité de service mais c’est un investissement pour les 20 prochaines années»
 
L’opérateur au Carré Rouge a indiqué par ailleurs que sa 4G a été lancée début octobre à Aix-en-Provence, soit après l’enquête UFC. Mais pour l’association de consommateurs, cet argument n’est pas recevable puisque la 4G de SFR étaient bien disponible dans cette ville et il est donc légitime de la mesurer.
 
Les résultats de l’étude ne seraient pas représentatifs selon Free
 
Free, de son coté, estime que les résultats ne sont pas représentatives puisque les mesures ont été effectuées uniquement dans 3 villes durant 3 semaines. Le quatrième opérateur fait également remarquer que l’étude ne prend en compte ni le wifi (Free mobile intègre l’EAP-SIM, qui permet aux Smartphones de se connecter automatiquement aux Freebox en Wifi) ni les femtocells. Or, sur ces 2 types de connexions représenteraient « selon les études jusqu’à 60% de l’utilisation data ». 
 
Source : Le Figaro