Free Mobile et T Mobile US : deux opérateurs qui prétendent avoir les meilleurs débits 4G dans leur pays

Free Mobile et T Mobile US : deux opérateurs qui prétendent avoir les meilleurs débits 4G dans leur pays

Depuis plus d’une semaine, Iliad, maison-mère de Free Mobile, cherche à s’exporter aux Etats-Unis et à arracher T-Mobile US des griffes de Deutsche Telekom, l’actuel actionnaire majoritaire du 4 eme opérateur américain.

 Les deux opérateurs ont le même ADN affirmait Xavier Niel, il y a quelques jours. On y trouve facilement de grandes similitudes : stratégie commerciale agressive concernant les autres opérateurs, l’apologie du sans engagement et des smartphones à tous les prix, et de larges offensives sur le dossier du Roaming. La 4G également fait l’objet d’une stratégie parfois limite provocatrice.
 
Du côté de T Mobile, on prétend disposer du réseau 4G LTE le plus rapide du territoire avec 230 millions de personnes atteintes. Pour Free dont la couverture a été évaluée au mois d’avril par l’ARCEP à 22 % de la population couverte, certaines communications de l’opérateur ont annoncé Free Mobile comme disposant également des "débits maximum, à prix minimum" dans son pays.
 
Pour les deux opérateurs, le réseau est en construction, T Mobile a néanmoins un coup d’avance son réseau étant en construction depuis 1999 et peut donc justifier d’un réseau couvrant 96% de la population toute technologie confondue. Cependant, les deux opérateurs français et américains ne se sont lancés sur le dossier de la 4G qu’en 2013/2014. Si pour l’opérateur Français, la priorité est surtout de fournir un réseau 3G sans itinérance à 75 % de la population d’ici 2015, la 4G étant un bonus offert sans surcoût pour l’abonné, T Mobile annonce sur son site qu’il va améliorer la moitié de son réseau 2G/EDGE en LTE d’ici la fin de l’année et que sa transformation sera quasiment achevée en 2015.
 
Qu’en est-il de leur performance ? Réponse avec les données relevées par notre partenaire Sensorly, selon les tests des utilisateurs dans chaque pays. Du côté de la 4G, nous avons relevé les données relevées par les utilisateurs de l’application Sensorly dans les trois plus grandes villes de chaque pays : New-York, Chicago et Los Angeles pour les Etats-Unis et Paris, Marseille et Lyon pour Free Mobile.
 
Du côté des USA, la valeur haute des données présentée par les cartes Sensorly à été abaissée à 12 Mbits, contre 30 Mbits pour la France.
 
New York : T Mobile, Verizon et les autres
 

 
A New York, avec l’opérateur AT&T 50 % de la surface mesurée ne dépasse pas les 5Mbits en 4G. Même tarif pour Sprint avec 49% de la superficie mesurée se situant dans cette fourchette basse de débits mesurée en 4G. Sprint et AT&T ne dépassent les 12 Mbits que pour 20 et 22% du territoire mesuré. Seul Verizon fait de la concurrence à T-Mobile US avec seulement 28 % du territoire mesurée dans la fourchette basse des débits et 51 % dépassant les 12 Mbits de la fourchette haute. T Mobile présente néanmoins un territoire mesuré à 60 % au dessus de 12 Mbits pour 13 % en dessous de 5 Mbits.
 
Chicago : T Mobile US d’une courte tête sur ses concurrents
 
 
Du côté de Chicago, les résultats ne sont pas terribles pour Sprint dont 71 % des mesures sont inférieures à 5 Mbits. Pour AT&T, 44 % de la superficie mesurée et 34% pour Verizon ne dépassent pas les 5 Mbits en 4G. Pour AT&T et Verizon, respectivement 42 % 40 % des mesures dépassent néanmoins les 12 Mbits en débit descendant contre 48 % pour T Mobile US mais seulement 19 % de connexions inférieures à 5 Mbits.
 
Los Angeles : T Mobile rafle encore la mise
 
 
C’est à Los Angeles que T Mobile présente ses meilleurs résultats avec 65 % du territoire testé supérieur à 12 Mbits contre seulement 13 % inférieur à 5 Mbits. Du côté d’AT&T seuls une poignée de mesures ont été relevées donnant des chiffres plus faibles avec 33% de mesures au dessus de 12 Mbits et 42 % du territoire mesuré inférieur à 5 Mbits. Du côté de Verizon on atteint 48 % de mesures supérieures à 12 Mbits pour 25 % du territoire testé inférieur à 5 Mbits. Enfin Sprint ne présente que 24 % du territoire testé supérieur à 12 Mbits contre 51 % inférieur à 5 Mbits.
 
Pour Free Mobile, de l’autre côté de l’Atlantique, les résultats sont largement supérieurs. Dans la capitale Free présente 62 % du territoire mesuré présentant des débits supérieurs à 30 Mbits et 88 % du territoire mesuré dépasse les 10 Mbits en 4G.
 
 
Du côté de Marseille, le scénario se répète, 71% du territoire mesuré dépasse les 30 Mbits et 94% dépasse les 10 Mbits.
 
 
En revanche du côté de Lyon, les résultats sont moins probants pour l’opérateur Français avec seulement 36% du territoire mesuré supérieur à 30 Mbits et 63 % supérieur à 10 Mbits. Ces données restent équivalentes à celles relevées par T-Mobile US dans les trois plus grandes villes américaines.
 
 
Les surface à couvrir ne sont bien sûr pas de taille égales. Si l’opérateur américain doit couvrir une superficie de 9,6 millions de Km² et 318 millions d’habitants, l’opérateur français doit lui couvrir une superficie totale de 641 000 km² pour 66 millions d’habitants, pays disposant également d’une densité de 103 hab/km² contre le tiers pour le géant américain.
 
Ces données restent des mesures de débits dans des grandes villes et ne tiennent pas compte de la couverture nationale du territoire pour. Sur ce dossier, le dernier entrant sur le marché français et le quatrième opérateur américain ont encore beaucoup à travailler. 
 
Vous pouvez également télécharger l’application Sensorly disponible sur iOS et/ou Android  et devenir ainsi contributeur, permettant d’améliorer constamment les données relevées sur l’application pour juger de la couverture et des débits Free Mobile et des autres opérateurs avec de plus en plus de précision.