Free répond à l’étude de l’ARCEP qui le classe dernier, et estime qu’elle ne reflète pas la réalité actuelle

Free répond à l’étude de l’ARCEP qui le classe dernier, et estime qu’elle ne reflète pas la réalité actuelle
 
C’est une claque que s’est pris Free Mobile hier lors de la publication de l’étude de l’ARCEP sur la qualité des réseaux 3G des différents opérateurs. Avec seulement 2 critères pour lesquels ils sont au dessus de la moyenne, contre 213 pour Orange, 75 pour Bouygues Télécom, et 38 pour SFR, Free Mobile se retrouve nettement dernier, même si l’ARCEP tempère en précisant que le réseau de Free est encore en construction et qu’il a fait de gros progrès sur la navigation web.
 
Mais pour Maxime Lombardini, qui s’est exprimé dans Le Parisien, cette étude ne refléterait pas la réalité. Il regrette ainsi que le critère de la « navigation en WiFi, essentiel sur la data à domicile » n’ait pas été retenu. « Or c’est Free qui dispose du parc Wifi communautaire le plus important » affirme-t-il. [NDLR : Free propose l’EAP-SIM qui permet à ses abonnés mobiles de se connecter au réseau Free Wifi]. Par ailleurs, Maxime Lombardini explique que ces mesures ont été réalisées en début d’année, or depuis « notre couverture en propre a fortement augmentée, en 4G notamment », confirmant à demi mot que le problème viendrait donc de l’itinérance sur le réseau Orange. 
 
Le Directeur Général de Free précise également que pour faire cette étude, les forfaits de ses concurrents qui ont été utilisés étaient 3 fois plus chers que les siens. Enfin, Maxime estime que si le réseau de Free Mobile n’était pas de bonne qualité, il n’y aurait pas « presque 9 millions de clients Free Mobile, qui ne sont pas engagés, mais qui nous font confiance » 
 
Source : Le Parisien