Un cadre d’Orange passe du placard à la casserole après des révélations génantes

16 ans qu’il faisait partie du Groupe en tant que cadre, Yves Garcia s’est vu convoqué en conseil de discipline puis licencié le 23 mai dernier.

Depuis quelques temps, il ne fait pas bon être un lanceur d’alertes. Si du côté d’Orange on estime que le cadre a eu "un comportement inacceptable à l’égard de l’entreprise", du côté de son avocat on estime que son client paye son "alerte anti-corruption" lancée fin 2009.
 
Ce dernier avait en effet attiré l’attention sur "des factures dont les montants étaient supérieurs aux bons de commande" en Guinée Equatoriale. Il s’appuyait notamment sur le rapport du cabinet Deloitte de juin 2009 qui notait également des incohérences. 
 
Il ne s’agissait pas de son seul fait de guerre, ayant également donné de la voix après une affaire de viol, dénonçant les agissements d’un de ses collègues sur une Guinéenne de 14 ans.
 
Il a également été impliqué dans une affaire concernant le fils d’un ministre Guinéen, pris à voler un stock de carte téléphonique. Condamné à 3 ans ferme, Yves Garcia n’était pas dans le pays au moment des faits.
 
Selon nos confrères du Canard Enchaîne, son retour à Paris a conduit à ce que le salarié d’Orange soit placardisé et est tombé en dépression. Le salarié a payé son excès d’indignation…