Déploiement du Très Haut Débit : le rapprochement SFR-Numericable pourrait changer la donne

Déploiement du Très Haut Débit : le rapprochement SFR-Numericable pourrait changer la donne
 
A l’occasion de notre enquête sur le déploiement du FTTH sur les réseaux publics, Univers Freebox a sollicité l’avis Patrick Vuitton, délégué général de l’AVICCA, sur le rapprochement de SFR et Numericable et les enjeux que cela représente pour le déploiement du très haut débit à l’échelle nationale :
 
"Il y a une question par rapport au plan France Très haut Débit qui est posé. Il y a une concentration d’acteur sur une technologie qui, nationalement, était minoritaire. Cela crée clairement un changement. Il va falloir examiner toutes les conséquences que cela implique." 
 
Alors que Numericable a promis de raccorder 12 millions de prises en Très Haut Débit d’ici 2017 s’il rachetait SFR, Patrick Vuitton ne croit pas que "Numericable ira co-investir dans le FTTH, là où il a déjà un réseau câblé déployé". Pour lui, "cela ne ferait pas grand sens."
 
Pour le délégué général de l’Association des Collectivités pour les Communications Electroniques et l’Audiovisuel, ce rapprochement entre le numero 2 de l’ADSL, largement investi aux côtés d’Orange dans le déploiement du FTTH, et le propriétaire de la majorité du réseau câblé français, pose un certain nombre de questions :
 
"Est ce qu’il peut y avoir une répartition territoriale des investissements ? Est ce qu’il y aura un affrontement frontal des deux technologies ? Si oui, est ce qu’Orange ne va pas être amené à concentrer ses investissements aux endroits où il y a un réseau câblé pour proposer une technologie alternative ? Ce serait une réaction assez naturelle. S’il agit ainsi, est ce qu’Orange pourrait tenir tous ses engagements sur la zone AMII (NDLR zone d’Appel à Manifestation d’Intention d’Investissement ou les opérateurs ont promis de déployer le réseau FTTH) ? "
 
Numéricable pourrait-il être contrait d’ouvrir son réseau aux autres opérateurs ? Patrick Vuitton répond :
 
"Sur la fibre c’est beaucoup plus que de la location de la boucle locale, c’est du co-investissement. Cela suppose que l’on puisse partager le coaxial ce qui techniquement est quand même plus compliqué.
 
Jusqu’à présent, une fois qu’une boucle locale était faite, on allait pas en faire une deuxième. Ceux qui déploient une boucle locale en FTTH ont l’obligation d’avoir un réseau ouvert. On peut très bien imaginer que, dans les zones câblées, il y ait un allègement des obligations d’ouverture du réseau FTTH, comme c’est le cas aujourd’hui en dehors des zones très denses. Ce serait un allègement des contraintes pour faire jouer la concurrence entre les deux infrastructures."
 
Ces nouvelles conditions de déploiement dépendront certainement des travaux de l’ARCEP en lien avec la Mission Très Haut Débit qui devront s’exprimer et fixer des directives sur le sujet.