O. Roussat (Bouygues) : Si nous n’avions pas vendu nos fréquences à Free, nous aurions dû les rendre gratuitement à l’Etat

O. Roussat (Bouygues) : Si nous n’avions pas vendu nos fréquences à Free, nous aurions dû les rendre gratuitement à l’Etat

Après l’annonce de la revente de son réseau et d’une partie des fréquences de Bouygues à Free, les analystes ont estimé que le prix de 1,8 milliard d’euros était une bonne affaire pour Free. Invité de Nicolas PIERRON sur Radio Classique, Olivier Roussat, le PDG de Bouygues Télécom, a expliqué que s’il n’avait pas pu revendre ses fréquences à Free, l’Etat les aurait reprises… gratuitement.
 
Nicolas PIERRON : Bon, Olivier ROUSSAT, les spécialistes estiment que vous avez un petit peu bradé vos fréquences et votre réseau en fixant le prix minimal payé par ILIAD, maison-mère de FREE donc, à 1,8 milliard d’euros. Est-ce que c’est vrai ?
 
Olivier ROUSSAT : Alors, écoutez, quand on a eu des discussions là-dessus, on nous a expliqué que les réseaux que nous avions étaient en doublon et que personne n’était susceptible d’acheter le réseau que nous avions. Quelle était la raison de la vente de ce réseau ? C’est que lorsque vous voulez faire une offre de ce type dans le marché de la téléphonie mobile, il faut prendre des engagements vis-à-vis de l’Autorité de concurrence et lui dire : je cèderai des fréquences, je cèderai un réseau.
 
Nicolas PIERRON : Donc vous n’aviez pas le choix finalement ?
 
Olivier ROUSSAT : Le problème que nous avions, c’est que si vous regardez ce qui s’est passé en Autriche, lorsqu’il y a eu la cession des fréquences, il n’y avait pas d’acquéreurs, quand vous n’avez pas d’acquéreurs et que vous cédez vos fréquences, vous savez ce qui se passe, on vous les reprend gratuitement, elles sont rendues à l’Etat. Ça s’appelle le droit de retour ; eh bien, notre objectif, c’était de négocier pendant que ces fréquences donnaient quelque chose à un potentiel acquéreur, on en a trouvé un avec la société ILIAD.
 
 
Dans la même interview, Olivier Roussat a également confirmé la plainte déposé par Bouygues Télécom contre Free pour dénigrement.
 
Nicolas PIERRON : L’EXPRESS affirme ce matin que BOUYGUES TELECOM a porté plainte le mois dernier contre FREE, après les propos de Xavier NIEL dénigrant l’offre 4G de BOUYGUES TELECOM, c’était il y a une éternité, puisque c’était en fin d’année dernière. Est-ce que vous confirmez d’abord cette plainte ?
 
Olivier ROUSSAT : Eh bien écoutez, ça, ça se trouve dans le rapport de gestion d’ILIAD, qui a été diffusé cette semaine, avec la diffusion des résultats. Vous savez que le monde des télécoms est un monde extrêmement procédural, très procédurier, pardon, donc eh bien, là, eh bien, vous en illustrez un des phénomènes, oui. Oui, ça existe, mais bon, voilà, ce n’est pas émotionnel, c’est juste rationnel.