4G : Bouygues répond à SFR et Free à propos des pertes d’emplois supposées

4G : Bouygues répond à SFR et Free à propos des pertes d’emplois supposées
C’est un peu l’arroseur arrosé. Alors que Bouygues Télécom pratique le chantage à l’emploi pour inciter le gouvernement à réduire les marges de manœuvre de Free Mobile, l’opérateur se retrouve maintenant dans la position inverse. Bouygues Télécom souhaite recevoir l’autorisation pour utiliser ses fréquences 1800 MHz pour faire de la 4 G, mais SFR et Free ont brandi tout deux des études affirmant que si l’ARCEP accordait cette autorisation, cela détruirait des milliers d’emplois.
 
Didier Casas, le secrétaire général de Bouygues Télécom, a répondu à SFR et Free ce matin sur BFM Business. Il a dénoncé "les contre vérités utilisées" par ses concurrents, expliquant que l’utilisation des fréquences 2G pour faire de la 4G est pratiquée "tous les opérateurs au monde, sauf en France" et de préciser que 15 pays de l’Union Européenne sont concernés.
 
Selon Didier Casas, « tout le monde savait », lors de la mise aux enchères des fréquences 4G, qu’il était possible de le faire sur les bandes 2G puisque cela était autorisé par la Commission européenne. Bouygues a d’ailleurs reçu l’autorisation pour faire des tests. "Un autre opérateur avait alors dit être intéressé, mais il ne l’est plus aujourd’hui…", a ironisé Didier Casas. Ce dernier a également estimé que si Orange était également opposé, c’est par ce qu’il utilise ses fréquences 2G pour acheminer le trafic de Free. 
 
Source : BFMTV.com