Free Mobile : Les antennes parisiennes émettent à 2,34 volt/mètre

Free Mobile : Les antennes parisiennes émettent à 2,34 volt/mètre


Nous vous en parlions, l’installation d’antennes Free Mobile au 64 rue de la santé à Paris continu à faire débat. Mardi soir, à la mairie du 14ème arrondissement de Paris, le Maire Pascal Cherki et Catherine Gabey, l’émissaire envoyée par Free Mobile ont tenté de rassurer les résidents remontés pour la deuxième fois.

 
« Dans la salle des mariages de l’hôtel de ville, le divorce entre les « démonteurs » qui veulent la dépose de l’antenne et les « limiteurs », mobilisés sur la baisse des émissions, est consommé. Pour Free, cela signifie la fin des négociations : l’allumage de l’antenne ne devrait plus tarder » note
écran.fr dans ses colonnes.

 
Même si la mairie d’arrondissement a adopté un moratoire en 2009 visant à geler toute nouvelle implantation, la réglementation est en faveur de Free puisque rien n’interdit la pause si le champ balancé par cette antenne ne dépasse pas le seul règlementaire de 41 volts à 61 volts par mètre, en fonction des fréquences utilisées. 

 

"Prendre en compte l’avis des riverains et leurs craintes légitimes"
Pourtant, à l’issue de la première réunion, le quatrième opérateur a reconnu que le déploiement de la téléphonie mobile ne peut plus se faire sans prendre en compte l’avis des riverains et leurs craintes légitimes. Pour rassurer tout le monde, Free s’est donc engagé à effectuer des simulations de calcul des seuils d’exposition des bâtiments entrant directement dans le champ des antennes.

 
Malgré la présentation des résultats des seuils d’exposition des bâtiments, rien n’y fait et les riverains font bloc. Sur la centaine de mesures, montre un pic d’émission à 2,34 volt/mètre au 81 rue de la Santé à la hauteur du 10e étage. Onze mesures dépassent 1 v/m : des chiffres en dessous des plafonds réglementaires. A contrario, l’association Robin des Toits se battent pour un pic à 0,6 volt/m.

 
Les négociations ont donc échoué et motivé certains riverains à manifester leur mécontentement dans les rues adjacentes aux antennes Free Mobile. Ainsi, Pascal Cherki s’apprête à écrire à Delanoë et aussi à Xavier Niel, le patron de Free, dans une ultime tentative de conciliation.

 
Source : Ecrans