Le départ de Franck Esser (SFR) n’est pas uniquement du fait de Free Mobile


Nous sommes largement revenus sur le remplacement surprise de Franck Esser par Jean Bernard Levy à la tête de SFR. Selon PCinpact, son départ ne serait pas uniquement dû à Free Mobile.

 
A priori, l’impact du quatrième opérateur est à nuancer car selon un employé haut placé de la marque au carré rouge cela ne représente qu’entre 1 et 2% des abonnés. D’autre part, le récent rachat par Vivendi de Vodafone dont est issu Franck Esser serait aussi à l’origine de son remplacement. En effet, l’ancien Pdg a travaillé pour Mannesmann, une entreprise rachetée par Vodafone (désormais propriété de Vivendi à 44%). Et l’embauche de ce dernier aurait été faite sous la pression de Vodafone par Jean Marie Messier, le Pdg de Vivendi à l’époque. Ainsi, Franck Esser ne bénéficierait plus de l’appui de Vodafone ce qui laisse entendre que son départ était prévu.

 
Quoi qu’il en soit son départ a été accéléré du fait du recul financier de la division mobile (TVA et Free Mobile), de l’échec de la Neufbox Evolution et surtout parce qu’une personne du comité de direction de Vivendi a divulgué la décision de remplacement. « Une personne de ce comité a divulgué l’information du départ de Frank Esser ». Ce dernier « ne voulant plus rester, il a précipité son départ suite aux fuites, d’où l’intérim du PDG de Vivendi. » a indiqué l’employé a PcInpact.

 
Pour finir, lundi prochain, SFR devrait commercialiser « une offre ADSL très agressive » disponible entre le 2 et le 6 avril sur le web.