SFR : “Nous prenons l’arrivée d’un 4e opérateur 3G de manière plutôt sportive”

SFR a annoncé ce matin le lancement d’une offre Internet par satellite ainsi que la commercialisation de Femtocell à brancher sur la NeufBox, faisant office de mini antennes relais. A cette occasion Franck Esser, le PDG de SFR, a été interviewé par Le Monde. On notera « l’humour » de M. Esser lorsqu’il prétend qu’il prend l’arrivée d’un quatrième opérateur 3G de façon sportive alors même que SFR a contesté cette 4eme licence à la fois devant le Conseil d’Etat et devant Bruxelles

Un quatrième opérateur mobile pourrait être désigné d’ici à fin 2009. Comment vous y préparez-vous ?

Franck Esser : Nous prenons l’arrivée d’un concurrent supplémentaire de manière plutôt sportive. Avec des annonces comme celles d’aujourd’hui, nous estimons être bien positionnés sur le marché de l’ADSL et du mobile.

La commercialisation des "femtocells" va permettre à vos abonnés mobile de mieux surfer sur le Web chez eux, depuis leur téléphone. Mais ce sont de petites antennes relais…

Oui, mais elles émettent peu : deux fois moins qu’une borne Wi-Fi. Elles permettent de résoudre le problème du téléphone mobile qui "passe" mal à la maison, et qui du coup, émet ou reçoit énormément d’ondes. Mais c’est le client qui choisit : on ne lui impose rien.

Vendues 199 euros, ces antennes permettent de "décharger" le réseau mobile, de plus en plus saturé, sur le fixe, mais n’est-ce pas aussi une façon de faire payer vos abonnés pour le redimensionnement de vos infrastructures ?

Ce n’est pas notre stratégie. Pour l’instant, nous commercialisons cette antenne car c’est un accessoire utile. Des clients nous la réclament et cela peut nous éviter d’en perdre. Nous ne pratiquons pas de la vente forcée, nous n’allons pas faire de grande campagne de recrutement. Après, si la réaction du public est bonne, on l’intégrera peut-être directement, en option, dans nos boîtiers ADSL.

Lire l’intégralité de l’interview sur le site du Monde