Le gouvernement et l’ARCEP veulent lancer rapidement la fibre dans les zones moins denses

Le gouvernement et l’ARCEP veulent lancer rapidement la fibre dans les zones moins denses

 

 

Si l’ARCEP rendra publique le 22 juillet la une version amendée de son projet de déploiement de la fibre dans les zones denses, la majeur partie du territoire n’est pas encore concernée par la fibre.
En dehors des grandes villes, où les opérateurs peuvent financer seuls le déploiement d’un réseau, aucun cadre juridique ne s’applique pour le moment. Mais l’ARCEP et le gouvernement souhaitent aller vite dans ce dossier.

C’est dans cette optique que Nathalie Kosciusko-Morizet, la secrétaire d’Etat à l’économie numérique, et Jean-Ludovic Silicani, le président de l’ARCEP, ont convié les acteurs du Très Haut Débit à une réunion vendredi 10 juillet. Free y était représenté par son directeur général, Maxime Lombardini. « Alors que le cadre réglementaire sur les zones de grande densité devrait être définitivement adopté à l’automne, il est important de travailler maintenant rapidement avec les opérateurs et les collectivités locales à la définition de ce cadre dans les zones de moindre densité » a tenu à souligner la secrétaire d’Etat.

La première piste évoquée est que sur ces zones, les collectivités territoriales participent au financement des réseaux. La Caisse des Dépôts et Consignation a également été mandatée pour structurer une enveloppe de fonds propres avec des acteurs privés d’un montant de 250 millions d’euros par an pendant 3 ans, afin de développer les réseaux très haut débit dans les zones de moindre densité.

Selon des propos recueillis par l’AFP auprès du président de l’ARCEP, le cadre technique et juridique pour tous les types de zones, plus au moins peuplée, devrait être défini avant la fin de cette année.