Vivendi : Pas besoin de Free dans la 3G, les prix sont déjà assez bas

Vivendi : Pas besoin de Free dans la 3G, les prix sont déjà assez bas

Jean Bernard Levy, le président du directoire de Vivendi a accordé une interview au magazine Capital sorti aujourd’hui. Entre autres sujets abordés, il est question de l’arrivée éventuelle de Free comme opérateur 3G. Le patron de Vivendi avance des arguments pour le moins étonnants, en particulier que les tarifs de la téléphonie mobile en France sont « très inferieurs » à la moyenne européenne alors que toutes les études indépendantes montrent que la France est dans le peloton de tête des pays ou le mobile est le plus cher.

D’autre part, contrairement à ce qui est affirmé, la licence permet évidemment une couverture totale de la population (c’est le nombre d’abonnés qui sera limité à environ 10 millions).

"Capital : L’arrivée de Free, décidé à casser les prix, comme quatrième opérateur de téléphonie vous inquiète-t-elle ?

Jean Bernard Levy : En fait, les prix des communications mobiles et des Texto baissent chaque année, et les prix en France sont très inférieurs à la moyenne européenne. La décision du gouvernement d’attribuer une nouvelle licence me paraît donc surprenante. D’autant que celle-ci ne permettrait de couvrir que 20% de la population, alors que nous avons des obligations de couverture nationale. Veut-on que les Français aient des tarifs différenciés selon l’endroit où ils habitent ? Sur le terrain, il me revient que Free envisagerait de n’acheter que du matériel chinois financé par la Banque nationale d’exportation chinoise. Est-ce bien opportun au moment où Alcatel rencontre tant de difficultés ?"