Xavier Niel : La rémunération des grands patrons, c’est du délire

Xavier Niel : La rémunération des grands patrons, c’est du délire

<>

Cela se ressent également dans l’organigramme de l’entreprise puisque l’organisation n’y est pas verticale, il n’y a pas de hiérarchie marquée. Il fait confiance à ses collaborateurs et laisse chacun prendre des initiatives. C’est l’adrénaline qui fait marcher ses équipes. Xavier Niel ne s’est d’ailleurs même pas octroyé le poste de PDG, ce qui lui permet d’avoir du temps pour lire ses mails, surfer sur le net ou rencontrer les freenautes.

Xavier Niel donne également sa position sur la rémunération des grands patrons, qu’il estime être du « délire». Chez Free, son salaire est de 15000 euros brut par mois et il n’a pas de stock options. Etant actionnaire majoritaire, il perçoit tout de même des dividendes chaque année. Pour autant, Free ne verse pas plus de 10% de son profit de 2008 afin de pouvoir investir dans les différents projets du groupe. « Par ailleurs, je n’envisagerai jamais l’exil fiscal. L’imposition des riches est certes élevée, mais c’est normal : nous avons un bon régime éducatif et social en France, j’en ai bénéficié Je n’ai pas le goût du luxe. » conclut il.