Free, Robin des bois et oncle Picsou

Le JDD consacrait dans son edition d’hier et sur son site internet, un article intitulé "Free, le rebelle du haut débit", dans lequel est passé en revue l’historique du groupe fondé par Xavier Niel. Extraits :

Xavier Niel affirme que certains opérateurs lui ont demandé d’augmenter ses prix. Lorsqu’il a annoncé en septembre 2006 qu’il allait investir un milliard d’euros dans la fibre optique sans toucher à son tarif fétiche, ses concurrents ont vu rouge. En octobre dernier, un représentant de Vivendi (propriétaire de SFR-Neuf) l’a même accusé de casser le modèle économique du très haut débit.

Du pain bénit pour Xavier Niel. Il sait que son image de Robin des bois est excellente pour ses affaires. "Donner au consommateur est naturel chez nous. Mais nous en avons compris tout l’intérêt", sourit-il. Grâce à ce bouche-à-oreille positif, Free affiche les coûts de recrutement les plus bas du marché. Et enfonce le clou avec des publicités volontairement provocatrices, comme la célèbre campagne dénigrant un opérateur imaginaire baptisé Crétin. fr. "Lorsqu’Orange nous a assignés en justice en disant s’être reconnu, j’ai trouvé ça très drôle. Quelle publicité gratuite !"

"Ils ont beaucoup fait pour l’Internet, mais ce sont aussi des capitalistes à la Picsou aux méthodes parfois limites", tempère un spécialiste du secteur. L’opérateur n’hésite pas à noyer ses concurrents sous les actions judiciaires. Xavier Niel peut aussi contourner la loi lorsqu’elle lui semble injuste. Il a ainsi ouvert son service de télévision sans autorisation. Il y a enfin ses investissements personnels dans des peep show, qui lui ont valu un mois de détention préventive en 2004 une condamnation à deux ans de prison avec sursis pour abus de biens sociaux. "J’ai fait des bêtises, je l’ai payé cher. Je n’en éprouve que de la honte", indique-t-il.

Le groupe a convaincu en janvier le gouvernement de créer un quatrième opérateur mobile. S’il remporte la licence en septembre, Free compte lancer son offre en 2011. Un cauchemar en perspective pour Orange, SFR et Bouygues. Free a déjà promis de réduire de 1 000 euros la facture annuelle par foyer. "Les gens ont été habitués à payer très cher pour leur mobile, alors que la construction du réseau revient vingt fois moins cher qu’un réseau fixe", assène Xavier Niel.

Lire l’intégralité de l’article du JDD