TF1, Vivendi et Xavier Niel déposent une offre pour le rachat du groupe M6

TF1, Vivendi et Xavier Niel déposent une offre pour le rachat du groupe M6

Le choc des titans, TF1, Vivendi, Xavier Niel possiblement en trio et l’homme d’affaires Daniel Kretinsky sont les prétendants au rachat du groupe M6 et de la radio RTL.

Qui va s’emparer du groupe M6 ? C’est la grande question du moment. D’ici l’été, le géant allemand Bertelsmann propriétaire de RTL Group souhaite avoir trouvé un repreneur. Et cela se bouscule quelque peu au portillon. 

Les géants de l’audiovisuel TF1 et Vivendi ont déposé sans surprise des offres de rachat du groupe de radio et de télévision M6 ( W9, 6ter, RTL, RTL2, etc), révèle l’AFP. En compétition également, Xavier Niel (Le Monde, Nice-Matin), et l’entrepreneur tchèque Daniel Kretinsky (Marianne, Libération, Elle…). Les deux hommes d’affaires pourraient ainsi chacun créer la surprise. 

Les candidats avaient jusqu’au mercredi 10 mars pour déposer leur offre. Le doute subsiste toutefois sur Altice et Mediaset, il n’est pas certain que les deux groupes soient de la partie.

Reste à confirmer également une récente information de presse selon laquelle le fondateur de Free aurait constitué un duo avec Antoine Arnault, fils de la plus grande fortune de France. Selon Challenges, Pierre-Antoine Capton (Mediawan, 3ème Oeil) se serait également joint à Xavier Niel sur ce dossier.

Sur fond de consolidation de plus en plus probable dans le monde de l’audiovisuel français, une possible alliance entre Vivendi et TF1 a récemment été évoquée. La maison-mère de Canal+ prendrait possession de M6 et ses chaînes de télévision, alors que TF1 s’emparerait de RTL. Pour des raisons de concurrence, Bouygues, propriétaire de TF1, ne pourrait en effet pas racheter l’ensemble du groupe. Idem pour Vivendi.

Bertelsmann espère conclure une transaction à hauteur de 3 milliards d’euros. De son côté, le PDG d’M6, se montre déjà depuis plusieurs mois en faveur d’une consolidation et d’un renforcement de l’audiovisuel en France. Face à la concurrence des Gafa, Nicolas de Tavernost milite pour un rapprochement des principaux acteurs de l’audiovisuel privé.