Ligue 1 : Free veut une baisse de ses droits TV et soumet plusieurs requêtes

Ligue 1 : Free veut une baisse de ses droits TV et soumet plusieurs requêtes

Moins agressif que Canal+, Free demande une baisse du montant de ses droits TV lui permettant de diffuser des extraits de tous les matchs de Ligue 1 en quasi-direct. Autre proposition, rendre son lot pour un nouvel appel d’offres.

Une saison pas comme les autres sur tous les plans, des stades de Ligue 1 vides, le fiasco de Mediapro, l’appel d’offres infructueux, Canal+ reprenant l’intégralité de la compétition tout en attaquant la Ligue de football professionnel en justice. Autant dire que les relations entre la LFP et les diffuseurs sont plutôt tumultueuses actuellement. Jusqu’à présent très discret, Free sort quant à lui de sa léthargie. 

Selon L’Equipe, à l’heure où les droits de la Ligue 1 viennent tout juste d’être divisés par deux, l’opérateur de Xavier Niel aurait formulé dans un courrier plusieurs requêtes à la LFP. Le directeur général de la maison-mère de Free, demanderait une baisse du montant de ses droits TV, payés 41,8 millions d’euros par an sur la période 2020-2024. 

A ses yeux, la valeur de ce lot numérique acquis en 2018 (extraits en quasi-direct de tous les matchs, émissions, interview etc), a été dépréciée ces derniers mois. Free estime aussi que la donne a changé puisque Canal+ a récupéré toutes les rencontres de Ligue 1 jusqu’à la fin de la saison, l’opérateur n’est donc plus le seul à proposer l’intégralité de la compétition. Difficilement recevable puisque Free ne savait pas à qui allait être attribué les lots lors de l’appel d’offres il y a trois ans.

Enfin, Thomas Reynaud propose à la Ligue de football professionnel de restituer son lot afin de lancer un nouvel d’appel d’offres sur la totalité de la compétition à partir de la saison prochaine, pour une durée de trois ans. 

Jusqu’à présent, Free n’a pas loupé une seule échéance en matière de paiement. Il lui reste encore deux versements à honorer cette saison (7,1 millions d’euros le 5 avril et 6,7 millions le 5 juin). La LFP attend une meilleure visibilité pour prendre des décisions. Il faudra pour cela attendre la fin des procédures en cours.