TF1 ambitionne de révolutionner le journal télévisé et part à la conquête de nouvelles plateformes

TF1 ambitionne de révolutionner le journal télévisé et part à la conquête de nouvelles plateformes

L’année 2021 sera celle de la conquête de nouvelles audiences numériques pour TF1, qui entend capitaliser sur la “marque” de ses JT.

Un JT interactif et des contenus sur des nouvelles plateformes. Les 40 ans des JT de TF1 sont l’occasion d’annoncer de nouveaux projets pour le groupe, visant une audience délaissant le petit écran. L’impact et le succès de ses journaux télévisés est déjà très important (plus de 40% de part d’audience pour le 13h et plus de 27% pour le 20H), mais la filiale de Bouygues veut lancer de nouveaux projets, sur petit écran mais aussi sur de nouveaux supports.

Un journal télévisé modulable

TF1 prévoit de lancer un “JT personnalisé” pour la fin de l’année. Le but est de séduire une audience qui ne regarde pas le 13H ou le 20H, aussi bien par manque de temps que par habitude. Le projet coûtera “plusieurs centaines de milliers d’euros” selon Thierry Thuillier, directeur de l’information du groupe TF1.

Pensé comme “un nouvel usage du replay” du journal, le téléspectateur pourra choisir la durée de son programme en précisant ses thèmes de prédilection comme le sport ou l’environnement, tout en restant soumis à un “tronc commun d’actualité“. Le but est ainsi de privilégier les contenus susceptibles d’intéresser le téléspectateur, sans pour autant l’enfermer dans une bulle.

Le JT de TF1 s’attaque à de nouvelles plateformes

Pour séduire de nouvelles audiences, plus habituées à la consommation numérique sur smartphone ou sur ordinateur, TF1 a également l’intention d’investir de nouveaux médias. Vendredi dernier, la chaîne a inauguré sur son compte Instagram un nouveau format mensuel. Il s’agit d’une interview en direct du porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, avec plus de 30 000 vues. Mais avec des codes et des audiences plus spécifiques sont également dans la ligne de mire du groupe.

En effet, à la fin du mois de janvier, TF1 s’est associé à TikTok pour sensibiliser les plus jeunes à l’information. Une opération consistant à inviter les utilisateurs à réagir à l’actualité de 2020 lors d’un challenge, pratique très répandue sur ce réseau social comptant plus de 800 millions d’utilisateurs actifs dans le monde. Le hashtag #CetteNewsQui , initié par une vingtaine de personnalités de la chaîne a ainsi comptabilisé “plus de 37 millions de vues” d’après le groupe. Sur son compte officiel, TF1 publie également des “master classes”, format dévoilant les coulisses de l’info, comptabilisant plus de 90 000 vues en moyenne et a également déjà organisé un live pour ses abonnés.

Le compte est régulièrement alimenté de nouveaux contenus, y compris des extraits d’émissions phares de la chaîne

Autre plateforme ayant attiré l’oeil des médias traditionnels à la fin de l’année 2020 : Twitch. Cette plateforme autrefois dédiée aux gamers a vu son audience grandir et évoluer pour permettre de proposer des catégories talk-show ou podcast, sortant de la sphère des jeux vidéo. Le journaliste et présentateur de Question pour un Champion Samuel Etienne s’y est déjà lancé en solo et a également été à l’initiative du premier live Twitch de France Info, où, accompagné d’un journaliste-médecin de la chaîne, il a interagi avec les internautes en répondant à leurs questions autour du vaccin pendant plus de deux heures.

Une expérience appréciée de la communauté suivant déjà le présentateur sur Twitch, que France Télévisions compte renouveler ponctuellement. TF1, pour sa part prévoit donc de lancer une émission sur la plateforme de streaming à partir de mars prochain.

Le groupe cherche ainsi de nouvelles audiences après une année très compliquée, sur fond de crise sanitaire. En effet, son chiffre d’affaires consolidé est en retrait de 10.9% en 2020 à 2.08 milliards d’euros contre 2.3 milliards un an plus tôt. La chaîne a tout de même pu limiter la casse sur la fin de l’année malgré une baisse totale de 10.2% des revenus publicitaires à l’année.

Source : le Figaro