Test du OnePlus 8T par Univers Freebox : un smartphone provoquant l’effet waouh à plusieurs niveaux

Test du OnePlus 8T par Univers Freebox : un smartphone provoquant l’effet waouh à plusieurs niveaux

Mi-octobre, OnePlus a renouvelé son haut de gamme, en ne dévoilant pas deux, mais un smartphone : le OnePlus 8T. Nous l’avons testé pendant une semaine. Voici nos impressions à son sujet, particulièrement positives vous le verrez.

Avant de passer au test, voici les caractéristiques du OnePlus 8T, qui s’affiche en ce moment à 599 euros en configuration 8/128 Go et 699 euros en configuration 12/256 Go sur la boutique du constructeur :


Fiche technique du OnePlus 8T : les caractéristiques


-   Processeur : octa-core jusqu’à 2,84 GHz (chipset Snapdragon 865)

-   Mémoire vive : 8 ou 12 Go en LPDDR4x


-   Écran : dalle AMOLED 6,55 pouces
avec une définition FHD+ (2 400 x 1 080 pixels) et un rafraîchissement en 120 Hz

-   Audio : son stéréo

-   Stockage : 128 ou 256 Go en UFS 3.1 non extensibles


-   Deux logements Nano-SIM accessibles depuis un tiroir de la tranche inférieure

-   Compatibilité 4G : support des bandes B1, B2, B3, B4, B5, B7, B8, B12, B13,
 B17, B18, B19, B20, B25, B26, B28, B32, B66

-   Compatibilité 5G : oui


-   Quadruple capteur photo au dos (dans un bloc rectangulaire) : 48 + 16 + 5 + 2 Mégapixels

-   Capteur photo à l’avant : 16 Mégapixels (dans un poinçon en haut à gauche)


-   Prise casque 3,5 millimètres : non

-   Connectique de charge : USB-C (dans la tranche inférieure)

-   Support Wi-Fi : 802.11a/b/g/n/ac/ax

-   Connectivité Bluetooth : version 5.1

-   NFC : oui


-   Batterie : 4 500 mAh non amovible

-   Recharge filaire : support de la charge 65 Watts (6,5A/10V ; bloc inclus dans la boîte)

-   Recharge sans-fil : non


-   Système d’exploitation : Android 11 avec l’interface OxygenOS 11


-   Solutions de déverrouillage : reconnaissance faciale
 ou lecteur d’empreintes digitales sous la dalle

-   Patchs de sécurité installés durant notre test : septembre 2020


Une excellente prise en main, un design simplement beau

Nous l’avons mis entre plusieurs mains et la sensation était à chaque fois la même. Bonne largeur pour les petites mains, poids raisonnable, lignes arrondies, coque pas trop glissante et bloc photo bien intégré, le OnePlus 8T offre une excellente prise en main.

Visuellement, le nouveau bébé de la marque n’en fait pas de caisses et ça lui va bien. Il est simplement beau. Pas de fioriture. OnePlus a opté pour un design épuré vraiment réussi. Réussi au point qu’on regretterait presque d’installer la coque de protection fournie. Mais c’est pour le bien de l’appareil.

Un bel écran et du bon son

Technologie AMOLED pour de belles couleurs et de bons contrastes, définition Full HD+ et taux de rafraîchissement à 120 Hz pour de la fluidité dans les réseaux sociaux et les jeux, le OnePlus 8T coche les cases une à une. Chose appréciable aussi : le poinçon discret, de par sa taille et son emplacement dans un coin. Difficile au final de reprocher quelque chose. Comme à l’accoutumée, chaleur des couleurs et taux de rafraîchissement pourront être ajustés depuis les paramètres. Tout comme il sera possible de masquer le poinçon, avec une bordure virtuelle. Quant à l’intérêt…

Puissance, relief et rendu stéréo, le OnePlus 8T offre également une belle copie côté son. Le son s’écoute sans grimace et la puissance permet au smartphone de faire office d’enceinte d’appoint.

En parlant de son, pas de mini-jack. Il faudra passer par le Bluetooth ou l’USB-C. La marque fournit d’ailleurs d’excellents écouteurs avec son 8T. En plus d’offrir une bonne isolation pour une bonne immersion, ils fichent une sacrée claque en ce qui concerne les basses. Un pur plaisir avec des musiques qui “tapent”. Autant dire qu’un Billie Jean ou un Wake Up (Laurent Garnier) passe crème. Un ressenti que nous n’avions pas eu depuis nos tests des Oppo Reno2 et Oppo Reno2 z.

Une partie photo plus que satisfaisante

Pas de 64 ou 108 Mégapixels, mais du 48 Mégapixels pour ce OnePlus 8T. Un capteur principal accompagné de modules pour l’ultra grand-angle 123 degrés, la macrophotographie et le mode portrait. À l’avant, un module 16 Mégapixels pour les selfies. Tout ce petit monde se traduit par une expérience plus que satisfaisante. Il y a juste ce mode nuit qui permet de récupérer pas mal de choses, mais dont le résultat sonne un peu trop artificiel par moment. On aime ou pas.

Une photo en extérieur, puis sa version ultra grand-angle :

Deux photos en intérieur (la seconde avec un sujet qui bougeait dans tous les sens, mais qui laissait pour une fois les rideaux tranquilles) :

Deux photos en extérieur avec du flou d’arrière-plan (la seconde avec du vent qui ne nous a pas facilité la tâche) :

Une photo en intérieur, puis sa version corrigée par le mode nuit :

Une photo de nuit en extérieur, puis sa version corrigée par le mode dédié :

Un selfie avec du flou d’arrière-plan :

B28, 5G et dual-SIM

Compatibilité avec la 5G et la 4G 700 MHz (B28), gestion dual-SIM, le OnePlus 8T offre partie un réseau complète. Si nous n’avons pas pu tester ses performances en 5G, faute de réseau, nous avons testé celles en 4G, sur le réseau Free Mobile. Globalement, nous n’avons jamais eu l’impression que ça traînait.

Ci-dessous, des débits en intérieur :

Puis d’autres en extérieur cette fois-ci :

Pas le plus gros chipset ni le maximum de RAM, mais une bête de course malgré tout

À l’heure du Snapdragon 865+ et où certains vont jusqu’à 16 Go de RAM, OnePlus fait le choix du chipset Snapdragon 865 avec 8 ou 12 Go de RAM. Cela n’empêche pas l’expérience au top. Du lancement du smartphone jusqu’au jeu, en passant par la navigation dans l’interface, tout va vite, très vite. Jamais un ralentissement. Et ce, sans noter une chauffe désagréable, même en cas de forte sollicitation. Le smartphone était tiède, dans le pire des cas (en benchmark qui plus est).

Pour les amateurs de benchmarks, voici nos traditionnels résultats dans les outils AnTuTu et Disk Speed. Le premier positionnait le OnePlus 8T en 12e position. Parmi les meilleurs, en somme. Le second indiquait 537 Mo/s en écriture et 1,2 Go/s en lecture pour la mémoire interne. De quoi expliquer les installations et chargements rapides.

Une autonomie moyenne, mais une charge rapide qui porte bien son nom

Concernant l’autonomie, la batterie 4 500 mAh permettra de passer la journée problème et même d’en avoir encore un petit peu sous le pied. Deux jours apparaissent en revanche un peu plus compliqués, sauf à se restreindre en termes d’usage. Maintenant, on peut se dire qu’une plus grosse batterie se serait répercutée sur le gabarit et le poids du smartphone. Or, la sensation en main participe autant à l’expérience utilisateur que l’autonomie. I

Ci-dessous, un exemple d’utilisation : départ à 19h15 à 100 % et arrivée le lendemain à 21h21 avec 21 %

-  1 heure et de 25 minutes de jeu avec le son du smartphone

-  30 minutes de YouTube avec le son du smartphone

-  45 minutes de GPS en mode piéton avec l’écran éteint

-  Consultation et alertes Gmail / Twitter

-  Surf sur Internet

-  SMS/MMS

-  Fonctionnement de TousAntiCovid

-  2 téléchargements d’applications

-  2 mises à jour d’applications

-  Photos

-  Tests de débits

Passons maintenant au chapitre de la charge. Elle n’a pas de rapide que le nom. Faire le plein en moins d’une heure et récupérer 20 % de charge en quelques minutes, c’est clairement le pied. Un stress en moins pour les gros utilisateurs ayant peur de se retrouver à court de batterie.

Ci-dessous, un suivi de charge :

-  21h32 : 21 %

-  21h37 : 40 %

-  21h42 : 58 %

-  21h47 : 72 %

-  21h52 : 85 %

-  21h57 : 95 %

-  22h01 : 100 %

Pas de charge sans-fil en revanche, sans doute pour des raisons de coût. Mais soyons honnêtes, il y a peu de chances qu’elle manque réellement avec une charge filaire aussi efficace.

Android 11 en sortie de boîte

Nous avons reçu l’appareil neuf, avec Android 11 dès le premier démarrage. Le constructeur fournit donc d’emblée la version la plus récente de l’OS de Google avec son interface OxygenOS 11.

Une interface d’ailleurs délestée de la foule d’applications partenaires que l’on peut retrouver d’office sur certains smartphones. Ici, Netflix et c’est tout. Vous n’en voulez pas ? Vous pouvez le désinstaller.

L’interface OxygenOS 11 propose quelques fonctions pratiques, dont :

-  La gestion avancée des gestes, y compris sur l’écran éteint (capture à trois doigts, réveil avec un double tapotement, lettre dessinée sur l’écran éteint, etc.)

-  Le mode sombre

-  Le mode lecture (effet monochrome ou chromatique)

-  Le Game Space pour retrouver ses jeux et peaufiner l’expérience en jeu (appels, notifications, luminosité automatique, retour tactile, réseau)

-  Le basculement rapide en mode silencieux ou vibreur, grâce à un bouton coulissant sur la tranche droite

Chose originale dont certains pourront trouver une utilité : la possibilité d’avoir un affichage de l’heure plus précis, en ayant les heures, les minutes et… les secondes. L’option se trouve dans “Paramètres/Écran/Barre d’état/Heure”. Pourquoi pas.

Au chapitre de la sécurité, nous avions les patchs de sécurité de septembre durant nos tests. De leur côté, lecteur d’empreintes digitales et reconnaissance faciale fonctionnent admirablement. Nous n’avons jamais eu besoin de reconfigurer l’une ou l’autre des solutions, comme cela nous est déjà arrivé durant nos tests.


VERDICT

Le smartphone parfait ? Nous n’irions pas jusque-là avec un mini-jack, un port MicroSD et une charge sans-fil aux abonnés absents. Mais difficile de ne pas reconnaître le petit effet waouh provoqué lors de la prise en main, lors de la première recharge ou du premier usage des écouteurs. Le OnePlus 8T se révèle également convainquant au niveau de son affichage, du son, de la partie photo assez complète, de ses solutions de sécurité rapides et efficaces. Cerises sur le gâteau (oui, il y en a deux) : Android 11 dès la sortie de la boîte et la compatibilité 5G alors que le coup d’envoi sera bientôt donné en France. Tout ça, en étant bien loin de la barre des 1 000 euros. Bref, un joli coup de la marque chinoise.