Test du Realme 7 : quelle expérience avec ce smartphone à petit prix ?

Test du Realme 7 : quelle expérience avec ce smartphone à petit prix ?

Le Realme 7 est désormais disponible en France. Nous l’avons testé pendant plusieurs jours. Voici nos impressions à son sujet. La copie n’est pas parfaite et même un poil décevante.

Après le Realme 6 et ses différentes déclinaisons un peu plus tôt dans l’année, au tour à présent du Realme 7 d’être testé par la rédaction d’Univers Freebox. Avant de passer au test, voici les caractéristiques du Realme 7, qui s’affiche en ce moment à partir de 179 euros sur la boutique du constructeur :


Fiche technique du Realme 7 : les caractéristiques du modèle prêté par la marque


-   Processeur : octa-core jusqu’à 2,05 GHz (chipset Helio G95)

-   Mémoire vive : 8 Go en LPDDR4x


-   Écran : dalle IPS 6,5 pouces avec une définition FHD+ (2 400 x 1 080 pixels)
et un rafraîchissement en 90 Hz

-   Audio : son sortant de la tranche inférieure

-   Stockage : 128 Go en UFS 2.1 extensibles par carte MicroSD (slot dédié)


-   Deux logements Nano-SIM accessibles depuis un tiroir de la tranche gauche

-   Compatibilité 4G : support des bandes B1/B2/B3/B4/B5/B7/B8/B20/B28

-   Compatibilité 5G : non


-   Quadruple capteur photo au dos (organisation en ligne verticale) : 48 + 8 + 2 + 2 Mégapixels

-   Capteur photo à l’avant : 16 Mégapixels (dans un poinçon en haut à gauche)


-   Prise casque 3,5 millimètres : oui (dans la tranche inférieure)

-   Connectique de charge : USB-C (dans la tranche inférieure)

-   Support Wi-Fi : 802.11a/b/g/n/ac

-   Connectivité Bluetooth : version 5.0

-   NFC : oui


-   Batterie : 5 000 mAh non amovible

-   Recharge filaire : support de la charge 30 Watts (6A/5A ; bloc inclus dans la boîte)

-   Recharge sans-fil : non


-   Système d’exploitation : Android 10 avec l’interface Realme UI


-   Solutions de déverrouillage : reconnaissance faciale
ou lecteur d’empreintes digitales sur la tranche droite

-   Patchs de sécurité installés durant notre test : août 2020


Un smartphone avec une bonne prise en main

De face, le Realme 7 est un smartphone parmi d’autres, qui suit d’ailleurs la tendance d’un poinçon pour éviter l’encoche. Un menton assez prononcé rappelle d’ailleurs que l’on est face à un smartphone à petit prix.

De dos, il tente de se démarquer avec un motif changeant en fonction de l’orientation. Et il faut bien admettre que ça rend bien. On pourra d’ailleurs le garder visible avec la coque incluse dans la boîte, cette dernière étant transparente.

En main, le Realme 7 offre une bonne préhension avec son poids raisonnable, sa coque arrondie et son bloc photo arrière ne dépassant pas excessivement (même s’il rend le smartphone un peu instable sur le dos, sauf avec la coque fournie).

Un effort du côté de l’écran, mais pas grand-chose pour le son

S’il ne profite pas des belles couleurs et des forts contrastes de l’AMOLED, se contentant d’une dalle IPS, l’écran du Realme 7 propose la définition Full HD+ et le taux de rafraîchissement 90 Hz bienvenu dans les jeux vidéo. Chaleur d’affichage et taux de rafraîchissement sont ajustables dans les paramètres. Bref, rien à redire de ce côté-là.

 

Pour le son, en revanche, ça n’est pas le même constat. Il n’offre pas de relief ni de rendu stéréo, mais surtout, il nous a fait plisser les yeux par moment, en raison d’aigus désagréables, en particulier à fort volume. On a l’impression d’un son brouillon dès lors d’une musique un peu riche.

Bonne nouvelle toutefois si vous avez de bons écouteurs ou un bon casque en mini-jack, la connectique répond présente, dans la tranche inférieure.

Pas grand-chose à attendre du côté de la photo

Difficile de faire des éloges concernant la photo, ce qui prouve – si cela était encore nécessaire – qu’un grand nombre de capteurs photo ne garantit pas une expérience optimale. Les clichés avec le bloc arrière manquent de détails et ne respectent pas les couleurs. Pas mieux avec le capteur frontal. Lors d’un après-midi ensoleillé, nous avons bataillé et finalement fini à l’ombre pour avoir un seflie sans problème de surexposition, mais pas fameux non plus. 

Ci-dessous, deux photos en extérieur, puis leurs versions ultra grand-angle :

Une photo avec du flou d’arrière-plan :

Une photo de nuit, puis sa version corrigée :

Des selfies en extérieur et à l’intérieur (nous avons vérifié une dernière fois avant de publier, Marjo n’est toujours pas rousse…) :

Dual-SIM et compatible B28

Pas de 5G pour ce Realme 7. Le smartphone est en revanche compatible avec la 4G 700 MHz et propose une gestion dual-SIM avec deux logements dédiés. Pas besoin de choisir entre dual-SIM et extension du stockage. Un bon point.

Ci-dessous, des débits en intérieur :

 

Et d’autres, obtenus en extérieur, dans des zones assez bien couvertes :

 

Pas une bête de course, mais joueur quand même

Le Realme 7 ne promet pas monts et merveilles en termes de performances, mais offre une bonne fluidité au quotidien et permet de s’adonner aux jeux dans de bonnes conditions.

Pour les amateurs de benchmarks, il faudra se contenter des résultats de Disk Speed, à savoir 218 Mo/s en écriture et 403 Mo/s en lecture pour la mémoire interne. L’outil AnTuTu, que nous utilisons habituellement, plantait systématiquement avant la fin du test.

2 jours d’autonomie sans se priver

D’après nos observations, il est largement possible de tenir deux jours loin du secteur, sans se restreindre. Cela s’explique par la présence d’une batterie 5 000 mAh à bord.

Ci-dessous, un exemple d’utilisation : départ à 14h58 avec 100 % et arrivée le surlendemain à 20h00 avec 14 % :

-  1 heure et 5 minutes de streaming audio avec les écouteurs filaires

-  45 minutes de YouTube avec le son du smartphone

-  35 minutes de jeu avec le son du smartphone

-  Consultations et notifications Gmail/Twitter/Facebook

-  Pas mal de surf

-  SMS/MMS

-  12 téléchargements d’applications, dont 3 gros

-  39 mises à jour d’applications

-  Photos

-  Tests de débits

-  Benchmarks (dont plusieurs avortés)

-  Manipulations pour les captures

Un deuxième exemple d’utilisation : départ à 22h35 avec 100 % et arrivée le lendemain à 13h22 avec 77 %

-  20 minutes de streaming avec les écouteurs filaires

-  5 minutes de YouTube avec le son du smartphone

-  20 minutes de YouTube avec les écouteurs

-  15 minutes de jeu avec le son du smartphone

-  Consultations et notifications Gmail/Twitter/Facebook/LinkedIn

-  Surf sur Internet

-  SMS/MMS

-  1 appel court

-  7 mises à jour d’applications

-  6 téléchargements, dont 3 gros

-  Fonctionnement de StopCovid

Autre bon point : la charge. Realme propose une charge 30 Watts et fournit le bloc adéquat. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ça ne traîne pas. 

Ci-dessous, un suivi de charge :

-  20h59 : 13 %

-  21h14 : 45 %

-  21h30 : 74 %

-  21h43 : 93 %

-  21h51 : 100 %

Une interface Android 10 complète et pas trop chargée

Avec son Realme 7, le constructeur fournit une interface Realme UI basée sur Android 10 avec deux applications partenaires, WPS Office et Facebook, qui peuvent être désinstallées.

 

 

Cette interface inclut quelques fonctions pratiques, dont :

-  L’affichage multifenêtre pour, par exemple, répondre à un SMS tout en écoutant une vidéo YouTube

-  La gestion avancée des gestes, y compris sur l’écran éteint

-  La possibilité d’afficher ou non le tiroir d’applications

-  La barre latérale de raccourcis (accessible avec un glissement depuis la droite)

-  Le mode sombre

 

Durant notre test, nous avions les patchs de sécurité du mois d’août 2020. Pas les plus récents, mais pas trop anciens non plus. Toujours en parlant des solutions de sécurité, reconnaissance faciale et lecteur d’empreintes digitales sur la tranche fonctionnaient à merveille, en plus d’être très rapides.


VERDICT

Le Realme 7 a des qualités, comme son bel écran (au regard de son segment tarifaire, évidemment), sa belle autonomie, sa charge rapide et son interface complète. Il conserve également le mini-jack, tout en ne forçant pas à choisir entre dual-SIM et extension mémoire. La copie est toutefois gâchée par la partie photo, vraiment très moyenne. Un effort aurait également pu être fait sur la partie son. 

En face, Xiaomi se montre plus convaincant avec son Redmi Note 9 à la configuration moins aguicheuse sur certains points (pas d’écran 90 Hz et charge moins rapide en 18 Watts), mais sans faute note. Plus équilibrée, en somme.