Orange détaille les points principaux du démantèlement de son réseau de cuivre

Orange détaille les points principaux du démantèlement de son réseau de cuivre

La fin du réseau de cuivre de l’opérateur historique est actée : d’ici 2030, Orange veut que tous ses abonnés aient migré vers la fibre. Il explique comment il compte s’y prendre pour atteindre cet objectif.

Le réseau déployé massivement dans les années 1970 devrait prendre sa retraite dans un peu plus de dix ans d’après Orange, qui en a fait un objectif dans son plan “Engage2025”. Un chantier de taille est donc prévu pour faire migrer les clients de l’opérateur vers la fibre d’ici 2030.

Le plan a déjà commencé, avec des actions de la part d’Orange notamment en démantelant les parties centrales du réseau. S’il a déjà récupéré 80 000 tonnes de cuivre, le projet reste encore énorme.

Avant de démonter tout le réseau, il faudra convaincre les personnes reliées au réseau de cuivre d’Orange de passer à la fibre, ce qui ne sera pas une mince affaire. L’exemple du réseau X.25, utilisé par exemple pour les services Minitel est parlant. Si le service a fini par être éteint en 2012, ”  Il restait toujours de petits services hautement sensibles, notamment de paiement, que nous avons eu beaucoup de mal à faire migrer vers d’autres solutions  ” explique Philippe béguin, Directeur du Très Haut Débit chez Orange. Le directeur Technique de l’opérateur, Marc Blanchet, regrette quant à lui que “Même dans les grandes villes, il y a toujours des syndics de copropriété qui refusent la fibre“, et seul un tiers des clients éligibles souscrivent à une offre.

Mais le grand public n’est pas le seul concerné. Les entreprises aussi sont à prendre en compte. Il faudra s’assurer que tous les services ont un équivalent sur la fibre. En effet, Marc Blanchet explique que “Les lignes de cuivre sont utilisées pour les téléalarmes, les barrages EDF… C’est une partie d’un processus industriel, dont il faut construire les plans de transformationNous devons engager les premières expérimentations dès 2020. C’est la meilleure façon de se confronter aux vrais sujets : la migration des clients, les différents usages, les inévitables cas particuliers…”. 

L’opérateur envisage également de “forcer” un peu le départ vers la fibre. En effet, il souhaite rapidement relever les tarifs du cuivre, qui sont régulés par l’Arcep, pour inciter ses clients à basculer vers la fibre. Il cessera ensuite de commercialiser son vieux réseau dans les zones fibrées. Une fois cela fait, Orange considère l’option de fermer son service après-vente : « Quand la fibre sera complètement déployée sur une zone, faudra-t-il réparer le réseau cuivre en cas de panne chez un client éligible à la fibre ? Peut-être pas. C’est un scénario à explorer ». A cela suivra une coupure pure et simple des services.

Pour l’instant, Orange doit respecter un délai de prévenance des clients de cinq ans, mais celui-ci demande à l’Arcep d’abaisser cette durée de manière significative. Phillipe Béguin espère qu’” au moment où nous parviendrons à l’échéance finale, nous aurons suffisamment vidé le réseau pour ne pas avoir trop de cas compliqués à migrer ’un peu’ de force “.

Source : Les Echos