Univers Freebox a pu tester le Galaxy Fold, premier smartphone avec écran pliable de Samsung

Univers Freebox a pu tester le Galaxy Fold, premier smartphone avec écran pliable de Samsung

Univers Freebox a testé pendant deux semaines le Galaxy Fold, premier smartphone avec écran pliable commercialisé par Samsung. Une vitrine technologique à 2 000 euros qui a ses qualités, mais aussi ses défauts.

 

Avant de passer à ce test, voici un rappel des principales caractéristiques du Galaxy Fold qui nous a été prêté par la marque :

 


La fiche technique


-   Processeur : octa-core jusqu’à 2,84 GHz (chipset Qualcomm Snapdragon 855)

-   Mémoire vive : 12 Go


-   Écran externe : dalle AMOLED 4,6 pouces en 1 680 x 720 pixels

-   Écran interne : dalle AMOLED souple de 7,3 pouces en 1 536 x 2 152 pixels

-   Audio : son stéréo produit par le haut-parleur en haut et le haut-parleur en bas

-   Stockage : 512 Go (non extensible)


-   Compatibilité 4G : support des bandes B1/B2/B3/B4/B5/B7/B8/B12/B13/B14
/B18/B19/B20/B25/B26/B28/B29/B30/B66/B71

-   Un logement Nano-SIM dans un tiroir en haut de la tranche gauche


-   Triple photo au dos : 12 + 16 + 12 Mégapixels

-   Double capteur photo à l’intérieur : 10 + 8 Mégapixels (dans une large encoche)

-   Capteur photo à l’avant : 10 Mégapixels (dans une large bordure)


-   Prise casque 3,5 millimètres : non

-   Connectique de charge : port USB-C (tranche inférieure)

-   Connectivité Bluetooth : version 5.0

-   Support NFC : oui


-   Batterie : 4 380 mAh (non amovible)

-   Charge : en filaire avec le bloc 15 Watts fourni ou en sans-fil en 15 Watts

-   Recharge inversée : en sans-fil en 9 Watts 


-   Système d’exploitation : Android 9.0 Pie avec l’interface MIUI


-    Solutions de déverrouillage : lecteur d’empreintes sur la tranche droite ou reconnaissance faciale


 

Il faut l’dire : une bonne tablette, mais un mauvais smartphone

 

Le Samsung Fold propose un nouveau format. On un écran de petit smartphone (4,6 pouces) à l’extérieur et un écran de petite tablette tactile (7,3 pouces) à l’intérieur, entre lesquels on bascule en pliant ou dépliant l’appareil. En mode smartphone, le Samsung Fold est long et épais. De loin, et même d’un peu plus près, il peut faire penser à une grosse télécommande. En mode tablette, il propose une épaisseur assez classique. 

En termes de prise en main, le Samsung Fold est une bonne tablette, mais un mauvais smartphone. En tant que smartphone, il ne se glisse en effet pas forcément bien dans la poche et rend moins évidentes et/ou moins rassurantes des actions pourtant devenues naturelles sur smartphone comme la prise d’un selfie, la prise d’une photo au bord de l’eau, la saisie d’un message ou la saisie d’une adresse Web. Cela s’explique par l’écran étriqué qui rend la lecture et la saisie moins confortables, mais également par ce côté pavé qui rend la prise en main moins assurée. Le coût du smartphone de 2 000 euros n’est pas non plus étranger à cette appréhension. Surtout quand l’appareil ne vous appartient pas. Plusieurs personnes de notre entourage ont purement et simplement refusé d’y toucher.

En tant que tablette tactile, pas vraiment de souci. Le format a beaucoup plu au sein de la rédaction ou auprès des personnes extérieures. On a autant de plaisir à utiliser le Galaxy Fold qu’une tablette l’iPad Mini 2.

 

Un écran de smartphone étriqué, un son puissant

 

Côté écran, celui du mode smartphone est vraiment trop étriqué. On aurait aimé qu’il couvre un peu plus de surface, pour offrir une plus grande diagonale.

Celui-ci du mode tablette se révèle plus confortable. Sa pliure se voit sous certains angles, mais elle se fait oublier en jeu ou en vidéo. En jeu, elle pourra déranger si votre doigt doit se balader sur toute la surface. Dans un jeu avec des contrôles fixes, comme Call of Duty, elle ne se fera pas sentir. Il y a en revanche cette large encoche qui peut masquer une partie de l’interface dans un jeu. Dommage.

Quid des craintes concernant l’écran souple que l’on peut avoir peur de plier et déplier ? Après un léger temps d’adaptation, on finit par prendre le pli et l’ouverture / fermeture devient plus naturelle, plus assurée.

Rien à redire pour la partie son. Le son est stéréo, puissant et dynamique. On a plaisir à poser le Galaxy Fold sur la table pour diffuser un peu de musique ou même à jouer dans le canapé avec un bon volume sonore. Bien évidemment, une enceinte Bluetooth fera facilement mieux, notamment pour les basses.

 

 

Une excellente partie photo

 

Les six capteurs photo du Galaxy Fold permettent une certaine polyvalence en termes de clichés. Il y a un mode nuit. Celui-ci pourra corriger quelques défauts. Mails il ne fera pas de miracle en toute circonstance. Quant aux selfies, ils n’ont rien de confortable avec un pavé dans la main ou un grand écran de tablette dans les mains.

Ci-dessous, une photo en extérieur par très mauvais temps, avec sa version zoomée et sa version ultra grand-angle :

Une photo en intérieur, avec sa version zoomée :

Un mode portrait en intérieur :

Une photo le soir en milieu urbain, puis sa version corrigée par le mode nuit :

Un selfie en extérieur, par mauvais temps :

 

Un smartphone qui fait tout tourner

 

Avec un chipset Snapdragon 855 à bord et 12 Go de RAM, notre Galaxy Fold fait évidemment tout tourner et bien. Il y a juste cette petite chauffe que nous avons notée par moment. Elle se manifeste au niveau de la tranche. Rien de dérangeant toutefois.

La rapidité se note aussi au niveau de la mémoire de stockage interne. L’outil Disk Speed nous indiquait en effet 411 Mo/s en écriture et 1,3 Go en lecture. Oui, ça décoiffe.

 

De débits confortables en 4G et un support de la B28

 

Nous avons testé le Samsung Galaxy Fold sur le réseau de Free Mobile. 

Voici des exemples de débits en extérieur :

 

Puis des exemples de débits en intérieur :

Le Galaxy Fold gère enfin la 4G 700 MHz (B28), chère à l’opérateur de Xavier Niel.

 

Une autonomie suffisante pour passer la journée

 

En termes d’autonomie, le Galaxy Fold peut tenir la journée sans problème et permet d’envisager une seconde journée. Cela dépendra évidemment des usages.

 

Ci-dessous, deux exemples d’utilisation :

 

(1er cas) Départ à 7h50 avec 100 % et arrivée le lendemain à 8h38 avec 20 %

-  1 heure et 20 minutes de jeu avec le son du Galaxy Fold

-  25 minutes de YouTube avec le son du Galaxy Fold

-  45 minutes de streaming audio avec l’enceinte Bluetooth

-  2 heures et 40 minutes de streaming audio avec le casque Bluetooth

-  Consultations et alertes Twitter

-  Alerte Gmail

-  Surf sur Internet

-  Téléchargements des applications, dont trois gros jeux

-  Photos

-  Tests de débits

-  Benchmark

 

(2e cas) Départ à 23h07 avec 100 % et arrivée le surlendemain à 12h30 avec 13 %

-  25 minutes de YouTube avec l’enceinte Bluetooth

-  40 minutes de YouTube avec le son du Galaxy Fold

-  2 heures et 50 minutes de streaming audio avec l’enceinte Bluetooth

-  40 minutes de streaming audio avec le son du Galaxy Fold

-  25 minutes de jeu avec l’enceinte Bluetooth

-  1 heure et 45 minutes de jeu avec le son du Galaxy Fold

-  Consultation et alertes Twitter

-  Alertes Gmail

-  Surf sur Internet

-  Mises à jour des applications, dont une grosse de 1 Go

 

Avec un chargeur 15 Watts, la charge de la batterie 4 380 mAh ne s’éternise pas.

Ci-dessous, deux suivis de charge :

 

(1er exemple) :

-  8h47 : 19 %

-  8h52 : 25 %

-  8h59 : 34 %

-  9h15 : 53 %

-  9h37 : 74 %

-  10h00 : 90 %

-  10h31 : 100 %

 

(2e exemple) :

-  9h45 : 37 %

-  9h50 : 43 %

-  9h55 : 50 %

-  10h01 : 57 %

-  10h22 : 78 %

-  10h56 : 92 %

-  11h20 : 100 %

 

Notez enfin qu’il y a la recharge sans-fil. Nous avons ainsi pu recharger le Galaxy Fold sur le player de la Freebox Delta. La charge sans-fil permet de recharger les écouteurs sans-fil Galaxy Buds.

 

Une partie logicielle intéressante, mais perfectible

 

L’interface One UI du Galaxy Fold repose sur le système Android 9.0 alias Pie. Elle a évidemment été adaptée à l’appareil. Il y a exemple les boutons virtuels (pour ceux qui voudraient les garder), que l’on peut mettre à droite, à gauche ou au centre de l’écran interne.

Sur l’écran externe :

 

 

 

Sur l’écran interne :

Il y a également la bascule entre les deux écrans. Dommage d’ailleurs que la bascule s’opère depuis l’écran externe vers l’écran interne pour avoir un affichage plus grand pour la lecture vidéo, l’affichage d’une photo ou l’affichage d’une page Web, mais pas dans le sens inverse.

Chose pratique également : le multifenêtre qui permet d’avoir deux petites fenêtres sur la droite et une grande fenêtre sur la gauche. Ci-dessous, nous avions YouTube, ainsi que Facebook et Twitter :

En plus classique, nous avons aussi aimé les fonctions pratiques comme le mode sombre, la gestion avancée des gestes, l’outil de maintenance et la barre latérale donnant accès aux applications favorites. L’Espace Enfants est là. Pas sûr qu’il serve beaucoup avec un appareil à 2 000 euros.

Du côté des logiciels pré-installés, il y a Facebook, OneDrive et Netflix. On ne peut pas les désinstaller.

Durant nos tests, nous avions les patchs de sécurité du mois de novembre 2019. En parlant de sécurité, il y a la reconnaissance faciale qui marche très bien, notamment lors de l’ouverture du Galaxy Fold. Le lecteur d’empreintes digitales sur la tranche droite, en dessous du bouton d’allumage/mise en veille répond bien également.

Nous vous déconseillons juste de désactiver la gestuelle permettant d’afficher le panneau de notification lors du passage du doigt sur ce lecteur d’empreintes. L’affichage non désiré a vite fait d’agacer…

 


VERDICT

Le Galaxy Fold est-il une prouesse technologique ? Oui. Était-il vraiment prêt pour arriver entre les mains du grand public. Non.

Le Galaxy Fold se présente en effet comme un smartphone pouvant devenir une tablette tactile une fois déployé. Si l’expérience tablette tactile se révèle intéressante (mais pas parfaite pour autant), l’expérience smartphone se montre vite frustrante avec un appareil difficile à caser dans la poche et rendant les tâches courantes parfois compliquées.

Ajoutez à cela un prix très élevé et un écran plus fragile qu’à l’accoutumée. Le Galaxy Fold n’est pas celui qui démocratisera le smartphone avec écran souple. Il apparaît plus comme celui ayant en quelques sortes essuyé les plâtres et ouvert la voie aux autres constructeurs en montrant que c’est possible. On le voit aussi devenir un objet collector pour les geeks les plus fortunés. Voilà qui donne en tout cas envie de voir la suite. L’expérience ne pourra être que meilleure.