Free Mobile : des riverains vent debout face à l’implantation d’un pylône de la taille d’un “immeuble de 16 étages”

Free Mobile : des riverains vent debout face à l’implantation d’un pylône de la taille d’un “immeuble de 16 étages”

« Non à l’antenne de téléphonie ! » , un collectif s’oppose à l’implantation d’un pylône Free Mobile de 42 m. Les opposants demandent une mutualisation sur une future installation d’Orange.

Direction La Chapelle-Bouëxic, une commune d’environ 1500 âmes située au sud-ouest de Rennes dans le département d’Ille-et-Vilaine où l’arrivée d’une antenne de l’opérateur de Xavier sème la zizanie chez plusieurs habitants. Réunis en un collectif, les opposants ont lancé une pétition et n’en démordent pas : « 42 m de haut, l’équivalent d’un immeuble de 16 étages, et tout cela à 200 m des habitations » ont-ils dénoncé. Le lieu d’implantation, un terrain communal, leur pose problème. Celui-ci se “situe au fond d’une vallée, sur un des points les plus bas de la commune, en zone naturelle de protection. Le pylône sera également dans la perspective du château du Bouëxic classé aux Monuments Historiques et à 100 mètres des prochaines zones à urbaniser”, s’alarme le collectif. 

Ce pylône “façon Eiffel” et les antennes qui le composent “seront visibles des 3/4 du bourg, mais l’emplacement choisi ne permettra pas de couvrir toute la commune”, peut-on lire dans la pétition. Au-delà de pollution visuelle, les riverains s’inquiètent également d’une possible dépréciation de la valeur de leurs biens immobiliers.

Free Mobile versera un loyer annuel de 5 000 € à la municipalité. Pour sa part, le maire défend le projet dans les lignes de Ouest France : ” Mon rôle, c’est de défendre l’intérêt général. L’ensemble de la population doit pouvoir téléphoner, et chacun doit garder la liberté de choisir son opérateur “

Le collectif demande ainsi une annulation du projet et une mutualisation du support , “déjà proposé par Orange.mais refusé par Free”, assurent certains habitants. L’opérateur historique prévoit d’implanter une antenne sur les hauteurs du bourg et aurait refusé de s’installer sur le pylône de Free Mobile, jugeant la zone de couverture insuffisante.

“Nous ne contestons pas l’utilité des antennes de téléphonies mobiles dans une société toujours plus connectée, donc toujours plus connectable, y compris en campagne.Mais pas à n’importe quel prix, pas n’importe où, et pas n’importe comment”, conclut la pétition.