Iliad annonce un projet d’offre publique de rachat de ses actions d’un montant de 1,4 milliard d’euros

Iliad annonce un projet d’offre publique de rachat de ses actions d’un montant de 1,4 milliard d’euros

 

Malmené en Bourse, Iliad annonce ce matin un projet d’offre publique de rachat de ses actions (« OPRA ») d’un montant de 1,4 milliard d’euros à un prix de 120 € faisant ressortir une prime de 38% sur les trois derniers mois pour ses actionnaires. Celle-ci sera financée par une augmentation de capital, garantie par Xavier Niel. 

“Ce projet est bénéfique à l’ensemble de nos actionnaires qui pourront au choix bénéficier d’une liquidité avec une prime importante, demeurer actionnaire sans aucune dilution ou encore pourront renforcer leur participation en souscrivant à l’augmentation de capital dans les mêmes conditions que l’actionnaire de référence”, résume Thomas Reynaud, directeur général d’Iliad.

Plus précisément, le groupe a lancé une offre publique de rachat de ses propres actions (« OPRA ») d’un montant de 1,4 milliard d’euros portant sur un maximum de 19,7% du capital d’Iliad au prix de 120 euros par action. 

Xavier Niel, détenant 52,1% du capital d’Iliad, n’apportera pas ses actions à l’OPRA. Celle-ci permet d’offrir aux actionnaires qui le souhaitent une opportunité de liquidité faisant ressortir une prime significative de 26% par rapport au cours de clôture du 11 novembre 2019 et une prime de 38% par rapport au cours moyen pondéré par les volumes sur une période de trois mois.

L’offre publique de rachat d’actions sera intégralement financée par une augmentation de capital de même montant que l’OPRA ouverte à tous les actionnaires d’Iliad et garantie à 100% par Xavier Niel.

“Pour Iliad, cette opération est sans impact sur son endettement et lui permet de conserver ses capacités d’investissement. Enfin, cette transaction témoigne de la confiance de Xavier Niel dans la stratégie et le management du Groupe Iliad”, précise Thomas Reynaud Reynaud. L’OPRA reste soumise à l’examen de l’Autorité des marchés financiers.